Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Baïkonour: lancement prévu le 7 octobre 2006 pour le satellite européen MetOp

    Russie
    URL courte
    0 0 0 0

    Le lancement de la fusée porteuse russe Soyouz-2.1a dotée d'un booster Fregat avec le satellite européen MetOp est prévu pour le 7 octobre depuis le cosmodrome de Baïkonour.

    MOSCOU, 8 août - RIA Novosti. Le lancement de la fusée porteuse russe Soyouz-2.1a dotée d'un booster Fregat avec le satellite européen MetOp est prévu pour le 7 octobre depuis le cosmodrome de Baïkonour, indique un communiqué de l'Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos) publié lundi.

    A l'issue de négociations entre Roskosmos et la société russo-européenne Starsem, l'Agence spatiale européenne (ASE) a accepté les propositions concernant le lancement du satellite européen d'observation de la Terre MetOp le 7 octobre 2006.

    Le premier tir de la fusée porteuse russe Soyouz-2.1a, initialement prévu pour le 17 juillet dernier, avait été reporté de deux mois en raison de défaillances dans le système informatique du lanceur, selon le porte-parole de Roskosmos, Igor Panarine.

    MetOp qui est, selon ses concepteurs, le satellite d'observation de la Terre le plus complexe au monde, doit améliorer la connaissance du climat et affiner l'examen des données météorologiques. Ses instruments permettent de mesurer la température et l'humidité à la surface de la Terre et de contrôler le niveau d'ozone et des courants aériens au-dessus des mers et des océans.

    Le satellite MetOp, qui pèse plus de quatre tonnes, a été construit par le consortium européen Astrium. Il est équipé de 18 antennes émission-réception pour l'observation de la Terre.

    Le nouveau programme prévoit la création d'une constellation de trois satellites du type MetOp. Il coûtera près de 2,5 milliards d'euros à l'Union européenne.

    Lire aussi:

    Un lanceur Soyouz-2.1v décolle avec un satellite militaire russe
    L'armée russe dévoile les missions de son nouveau satellite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik