Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Un tiers des Russes contre l'intégration de la Russie dans une alliance avec d'autres pays (sondage)

    Russie
    URL courte
    Sondages 2006 (197)
    0 0 0 0

    Un tiers des Russes sont opposés à l'intégration de la Russie dans une alliance avec d'autres pays, selon un sondage réalisé par le Centre russe d'étude de l'opinion publique (VTSIOM).

    MOSCOU, 8 décembre - RIA Novosti. Un tiers des Russes sont opposés à l'intégration de la Russie dans une alliance avec d'autres pays, selon un sondage réalisé par le Centre russe d'étude de l'opinion publique (VTSIOM).

    30% des personnes interrogées ont désapprouvé la participation de leur pays à des alliances interétatiques, a indiqué le directeur de l'agence internationale de recherche Moniteur eurasiatique, Igor Zadorine, lors d'une conférence de presse jeudi à RIA Novosti.

    Cet indice est plus élevé qu'en Ukraine, en Biélorussie et au Kazakhstan, ce qui dément le mythe de la "conscience impériale" des Russes, a estimé le chercheur.

    Cette tendance à l'isolationnisme est due notamment à la stabilisation de la vie en Russie, la croissance économique, la hausse des revenus et la satisfaction par rapport au pouvoir actuel, conduisant à une certaine dépolitisation des gens, qui à leur tour se consacrent davantage à leur famille, leurs enfants et leur carrière, a pour sa part expliqué le directeur du VTSIOM, Valeri Fedorov.

    D'autre part, les Russes ne voient pas de résultats tangibles suite à l'intégration au sein de la CEI (Communauté des Etats indépendants), de l'OTSC (Organisation du Traité de sécurité collective) et des autres structures post-soviétiques, selon lui.

    Commentant le fait que 20% des Russes souhaiteraient vivre à nouveau au sein de l'Union soviétique, M. Fedorov a indiqué que la nostalgie de l'URSS existait, mais que de plus en plus de personnes (aujourd'hui 68%) comprenaient que ce retour est impossible.

    Selon le sondage, 50% des jeunes (18-24 ans) estiment que le démembrement de l'URSS était inévitable, alors que parmi les personnes âgées, 60% sont convaincus qu'il était possible de l'éviter.

    Chez les jeunes, 44% regrettent la désintégration de l'Union soviétique, alors que chez les personnes âgées, ce chiffre atteint 83%. 39 et 14% respectivement n'ont aucun regret par rapport à cela.

    Le sondage a été réalisé en novembre 2006 auprès de 1.600 personnes.

    Dossier:
    Sondages 2006 (197)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik