Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    La Russie et la Chine au secours d'Airbus (Izvestia)

    Russie
    URL courte
    0 201
    MOSCOU, 5 mars - RIA Novosti. L'information des Izvestia selon laquelle le géant européen en perdition Airbus pourrait transférer une partie de ses activités production en Russie a été de nouveau confirmée. Le directeur général du consortium Louis Gallois a déclaré qu'une commande pour 3% des travaux de conception du nouvel avion A350 pourrait être passée à notre pays.

    3 %, ce n'est pas beaucoup au premier abord. Mais, d'un autre côté, il s'agit tout de même de près de 400 millions de dollars d'investissements, de plus, il faut bien commencer par quelque chose... Rappelons que le consortium Airbus (filiale de la corporation européenne de construction d'avions de transport militaire EADS) traverse une période difficile. En raison d'une situation financière embarrassante, il pourrait même laisser échapper une commande importante de la compagnie américaine UPS pour dix supercargos aériens A380. Cela étant, le conseil des directeurs d'EADS a entériné la semaine dernière un plan de restructuration de sa filiale, selon lequel Airbus aurait l'intention de vendre 6 de ses usines et licencier environ 10.000 employés de ses entreprises en France, en Allemagne, en Espagne et en Grande-Bretagne.

    Cette mesure douloureuse a suscité le mécontentement des travailleurs du consortium qui ont immédiatement annoncé des grèves générales. Quant aux gouvernements des pays européens membres du consortium, ils sont entrés en conflit, ne voulant pas perdre leur part au cours de la restructuration. Bien plus, ils sont intéressés à ce que la majeure partie des travaux de conception du nouvel avion de ligne A350 s'effectue dans leurs pays. Il est question de 13 milliards de dollars d'investissements. Ils veulent chacun s'assurer une grosse part du "gâteau". Mais Louis Gallois a mis les points sur les "i": 35 % des travaux de conception du projet A350 seront effectués en France et en Allemagne, 20% en Grande-Bretagne et 10% en Espagne.

    Détail le plus intéressant: selon M. Gallois, Airbus a l'intention d'inviter la Russie et la Chine à participer au projet et de leur proposer, respectivement, 3% et 5% des parts en les prélevant sur celles des autres pays. Cette déclaration a confirmé les hypothèses des experts selon lesquelles le consortium pourrait déplacer une partie de sa production de l'Europe dans des pays où la main d'oeuvre est meilleur marché. La Russie a été citée parmi les principaux candidats. Les rumeurs à ce sujet se sont multipliées après la récente rencontre du président russe Vladimir Poutine avec des ministres français. M. Poutine a fait remarquer que la Russie souhaitait augmenter le paquet d'actions d'EADS qui lui appartenait déjà. Rappelons que la banque russe VTB avait acquis 5% des actions d'EADS et qu'elle aurait déjà porté sa part aujourd'hui, selon certaines estimations, à 6-7%.

    RIA Novosti décline toute responsabilité quant au contenu des articles tirés de la presse.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik