Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Lavrov à Téhéran: les raisons d'une visite éclair (Vremia novosteï)

    Russie
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 31 octobre - RIA Novosti. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s'est rendu mardi soir en Iran pour une brève visite inattendue. Pour le chef de la diplomatie russe, c'est déjà la deuxième visite en un mois à Téhéran. A la mi-octobre, il avait accompagné le président Vladimir Poutine lors de son voyage en Iran. Après le départ du président russe, les médias locaux et étrangers avaient fait état d'une proposition formulée par Vladimir Poutine aux Iraniens. Ali Larijani, alors secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale de l'Iran, avait été le premier à la mentionner: quelques jours plus tard, il fut privé de son poste.

    "Les journaux abondent en informations sur le lien entre la démission d'Ali Larijani et la proposition russe", a déclaré au quotidien Vremia novosteï Nina Mamedova, chef de la section Iran de l'Institut d'orientalisme de l'Académie des sciences de Russie. "On peut attribuer la démission d'Ali Larijani à sa déclaration faite au sujet de la proposition de Vladimir Poutine, sans qu'il ait consulté au préalable l'ayatollah Khamenei, leader spirituel de l'Iran. Autrement dit, il s'est permis de parler au nom du dirigeant supérieur de l'Iran. Mais, sans la provoquer, cela a pu servir de prétexte pour sa démission", estime la spécialiste.

    Mme Mamedova suppose que la Russie aurait pu proposer aux dirigeants iraniens de "créer sur le territoire de l'Iran une coentreprise russo-iranienne d'enrichissement de l'uranium avec la participation de compagnies occidentales, d'ailleurs, cette proposition aurait parfaitement pu bénéficier d'un soutien préalable de la part des Etats-Unis". Il se peut que Sergueï Lavrov se soit rendu hier à Téhéran pour recevoir la réponse à cette proposition. Cela expliquerait le secret entourant la visite: une publicité prématurée aurait pu faire échouer les accords intervenus avec les Iraniens.

    Les négociations russo-iraniennes d'hier se sont déroulées dans un contexte favorable, à en juger par les discussions qui ont eu lieu la veille au cours de la séance plénière de l'Assemblée générale des Nations unies. Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Mohamed ElBaradei a confirmé que l'Iran avait présenté à l'agence des informations supplémentaires et permis aux inspecteurs d'accéder à ses sites nucléaires en vue de régler plusieurs problèmes importants. Il a qualifié de "pas important fait dans la bonne direction" l'accord intervenu en août dernier avec l'Iran déterminant un plan de travail prévoyant le règlement de problèmes concrets relatifs à son programme nucléaire. Vitali Tchourkine, représentant permanent de la Russie à l'ONU, a également salué les ententes intervenues entre l'Iran et l'AIEA. "Il n'y a pas d'alternative raisonnable au règlement pacifique de ce problème", a souligné le diplomate russe.

    Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

    Lire aussi:

    Les propos de Trump sur Téhéran sont «irresponsables», selon le parlement iranien
    Le leader spirituel iranien cite la condition du retrait de l’accord sur le nucléaire
    Nucléaire iranien: «Nos partenaires ont plus à perdre que nous», selon Téhéran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik