Russie

Affaire Litvinenko: Londres redemande l'extradition d'Andreï Lougovoï désormais député

Russie
URL courte
Affaire Litvinenko (169)
0 12
S'abonner

La Grande-Bretagne continuera d'insister sur l'extradition d'Andreï Lougovoï, premier suspect dans l'affaire Litvinenko, malgré son élection à la Douma, a déclaré lundi l'ambassadeur britannique en Russie, Tony Brenton.

SAINT-PETERSBOURG, 10 décembre - RIA Novosti. La Grande-Bretagne continuera d'insister sur l'extradition d'Andreï Lougovoï, premier suspect dans l'affaire Litvinenko, malgré son élection à la Douma, a déclaré lundi l'ambassadeur britannique en Russie, Tony Brenton.

"Pour ce qui concerne M. Lougovoï, rien n'a changé. J'ai du mal à comprendre comment il est devenu député, mais nous continuerons de réclamer son extradition", a-t-il indiqué à la presse à Saint-Pétersbourg.

Andreï Lougovoï était le numéro deux de la liste électorale du Parti libéral-démocrate de Russie (LDPR), qui a recueilli 8,14% des suffrages aux élections législatives du 2 décembre dernier. Selon la Constitution russe, les députés et les sénateurs bénéficient de l'immunité parlementaire.

Alexandre Litvinenko, ex-officier du Service fédéral de sécurité (FSB) russe, naturalisé en Grande-Bretagne, est décédé en novembre 2006. Il aurait été empoisonné au polonium-210, substance hautement radioactive, selon les autorités sanitaires britanniques qui n'ont toujours pas publié les résultats de l'autopsie. La Grande-Bretagne impute la responsabilité du meurtre à l'homme d'affaires russe Andreï Lougovoï, tandis que ce dernier rejette catégoriquement les accusations qu'il qualifie de politiquement motivées.

La Russie a refusé d'extrader Andreï Lougovoï conformément à la Constitution qui exclut l'extradition de citoyens russes.

Dossier:
Affaire Litvinenko (169)

Lire aussi:

Le 14-Juillet version Covid sur la place de la Concorde comme si vous y étiez
Un CRS lié à deux affaires de violences mène les rangs policiers au défilé du 14 juillet, affirme Libération
Le site militaire FAR-Maroc publie des photos satellites montrant des «bases algériennes» à la frontière - vidéo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook