Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Poutine promet de réparer les fautes de l'Etat russe envers l'Eglise

    Russie
    URL courte
    0 9 0 0
    VALDAÏ (Russie), 12 janvier - RIA Novosti. Le président russe Vladimir Poutine s'est engagé samedi à que l'Etat fasse de son mieux pour mériter à nouveau la confiance du peuple, faire renaître la culture et aider l'Eglise dans l'accomplissement de sa mission.

    M. Poutine, qui a assisté samedi à la réouverture d'un monastère au nord-ouest de Moscou, a répondu en ces termes au patriarche Alexis II de Moscou et de toutes les Russies qui venait de l'avoir remercié pour l'assistance publique aux travaux de restauration.

    "Les propos de remerciement du patriarche, nous les considérons exclusivement comme un voeu pour que l'Etat s'acquitte de sa dette envers l'Eglise orthodoxe russe, envers le peuple russe", a-t-il indiqué lors de la cérémonie de consécration du monastère.

    Le locataire du Kremlin a regretté que l'Etat ait beaucoup fait au cours des décennies précédentes pour "déraciner" l'histoire et la culture, y compris spirituelle, de la nation. "Pour le moment, il n'y a pas de quoi nous remercier", a-t-il souligné.

    Le monastère en question qui porte le nom d'Iverski (intégralement: monastère l'icône de la Mère de Dieu d'Ibérie sur le lac sacré de Valdaï) fut fondé en 1653 par le patriarche Nikon sur une île du lac Valdaï dont les eaux baignent une petite ville éponyme de 20.000 habitants située entre Moscou et Saint-Pétersbourg. Fermé par les autorités soviétiques en 1927, le cloître abritait successivement ateliers d'artisans, hôpital, école pour enfants tuberculeux et musée ethnographique.

    La cérémonie de consécration a eu lieu même si tous les travaux de restauration, financés par les Chemins de fer de Russie, l'électricien UES, le géant gazier Gazprom et la banque d'épargne Sberbank, n'ont pas pris fin: il reste encore à peindre les fresques intérieures et à dorer les coupoles.

    Lire aussi:

    Pâques sous haute tension pour les chrétiens de Syrie
    Et donc ce mystérieux «compagnon de Poutine en rouge» était…
    Assad reconnaît la contribution des églises chrétiennes au maintien de l’unité syrienne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik