Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Le fils d'un combattant de l'Armée Rouge futur ambassadeur américain à Moscou? (Izvestia)

    Russie
    URL courte
    0 1 0 0
    MOSCOU, 23 janvier - RIA Novosti. Les rumeurs sur la nomination de John Beyrle au poste d'ambassadeur américain à Moscou ont déjà été confirmées par l'agence Reuters et l'influent New York Times, lit-on mercredi dans le quotidien Izvestia.

    On ne peut pas l'accuser d'être russophobe, ni d'être un faucon. John Beyrle n'a rien à voir avec ce ton édifiant qui est si irritant dans le comportement américain. C'est un homme charmant, audacieux et qui n'a pas peur de dire la vérité, même si elle ne correspond pas aux intérêts de son pays. Toute sa carrière est rattachée à l'Europe de l'Est, à l'URSS et à la Russie, par conséquent, sa nomination au poste d'ambassadeur dans la capitale russe semble un choix parfaitement logique

    La biographie de son père, Joseph, est vraiment incroyable. Beyrle-père est, peut-être, le seul Américain à avoir servi dans l'Armée Rouge. En 1945, après son évasion d'un camp nazi, le parachutiste Joseph Beyrle avait rejoint les unités soviétiques en pleine offensive et même aidé à faire sauter les barrages antichars. Commotionné au cours d'un bombardement allemand, il fut transporté dans un hôpital où il rencontra le maréchal Gueorgui Joukov. Celui-ci ordonna d'envoyer Joseph Beyrle à Moscou, à l'ambassade américaine. Au terme d'un long voyage, il regagna son Michigan natal, où il était tenu pour mort. Aux Etats-Unis, l'odyssée de Joseph Beyrle fut racontée dans plusieurs films documentaires et dans un livre. Beyrle-père repose au cimetière d'Arlington, principal cimetière militaire des Etats-Unis.

    Si John Beyrle est nommé au poste d'ambassadeur américain en Russie, sa mission ne sera pas pour autant facile. Cet homme intelligent qui n'est pas indifférent devra représenter un pays dont le prestige a considérablement baissé ces derniers temps en Russie et dont la politique étrangère suscite l'incompréhension et la prudence.

    John Beyrle est actuellement ambassadeur en Bulgarie, où sa cote de popularité est très élevée. Pas seulement parce qu'il s'exprime toujours en bulgare en public, mais parce qu'il a fait valoir les intérêts américains de façon claire, compréhensible, conséquente et compétente et, parfois même, avec humour et ironie. En même temps, on dit que John Beyrle figurait parmi ceux qui ne croyaient pas à la possibilité de la désintégration de l'Union soviétique. A propos, Condoleezza Rice avait le même point de vue. En tant que professionnel connaissant la Russie dans les différentes étapes de son existence, il pourra trouver facilement un langage commun avec l'aile des dirigeants russes plus encline à la nostalgie du bon vieux temps qu'aux réformes. Moscou aura affaire à un interlocuteur bienveillant et agréable à qui il sera difficile de dire non. Certains peuvent penser que, dans les conditions présentes, le représentant américain à Moscou doit être plus dur et, pour ainsi dire, faire moins de sentiment. Mais cette période de dureté a, semble-t-il, déjà trop duré. Espérons donc que le facteur de la personnalité pourra influer sur l'amélioration des rapports bilatéraux.

    Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

    Lire aussi:

    Trump annonce la candidature de Huntsman au poste du futur ambassadeur US en Russie
    Le nouvel ambassadeur américain à Moscou fait consensus aux USA
    L’ambassadeur US convoqué au ministère russe des Affaires étrangères
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik