Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Medvedev dépasse Poutine en popularité (Kommersant)

    Russie
    URL courte
    0 0 10
    MOSCOU, 25 janvier - RIA Novosti. A en juger par les sondages d'opinion, la cote de popularité du candidat à la présidence russe Dmitri Medvedev commence peu à peu à dépasser celle de l'actuel chef de l'Etat Vladimir Poutine, lit-on vendredi dans le quotidien Kommersant.

    L'existence de deux figures superpopulaires pourrait condamner le système politique en voie de formation à l'instabilité.

    Selon les sondages du Centre Levada, 82% des électeurs décidés à se rendre aux urnes sont prêts à soutenir la candidature du premier vice-premier ministre Dmitri Medvedev lors de l'élection présidentielle du 2 mars. Cela dépasse tous les résultats que Vladimir Poutine a enregistrés aux élections depuis 2000.

    "Dmitri Medvedev n'a pas son propre électorat. Il comprend qu'il s'appuie sur la majorité qui soutient Vladimir Poutine", affirme Dmitri Orlov, directeur général de l'Agence des communications politiques et économiques.

    D'ailleurs, après l'annonce des résultats de l'élection présidentielle, il sera impossible de distinguer les voix qui auront été données pour Poutine de celles attribuées à Medvedev. En fait, Dmitri Medvedev verra apparaître sa propre ressource politique. Il est vrai, en 2000, Vladimir Poutine se trouvait dans une situation similaire: un fonctionnaire pas très connu avait été présenté au pays, mais sa cote de popularité avait atteint des sommets au bout de quelques mois. Dans le cas présent, la situation différera certainement du rapport des forces qui prévalait à la charnière des années 1999 et 2000. A cette époque-là, un leader bénéficiant d'une popularité croissante avait succédé à un autre, pour ainsi dire impopulaire. A présent, c'est un Vladimir Poutine extrêmement populaire qui s'apprête à être remplacé par un Dmitri Medvedev qui l'est tout autant.

    "Si le nombre de voix recueilli par Dmitri Medvedev est supérieur à celui jadis recueilli par Vladimir Poutine, cela constituera un argument majeur en faveur du monocentrisme, où le président décide de tout, fait remarquer Andreï Riabov, expert de la Fondation Gorbatchev. Il y aura une possibilité de renoncer au modèle "bicéphale" de gouvernement actuellement prévu". Selon Sergueï Tcherniakhovski, professeur à l'Université internationale écologique et politique, Dmitri Medvedev pourra, s'il le désire, opposer sa légitimité à celle de Vladimir Poutine, ce qui posera la question suivante: lequel des deux correspond le plus à l'image du leader national?".

    Mais la popularité et de brillants résultats à l'élection présidentielle peuvent s'avérer insuffisants, estime Vladimir Rimski, directeur du service de sociologie de la fondation Indem. "Après avoir obtenu de brillants résultats, Dmitri Medvedev pourrait très bien se persuader qu'il n'y a rien de tel qu'un bon coup de balai. Mais, d'abord, il devra prouver à l'équipe (dirigeante) qu'il a le droit de prendre des décisions indépendantes. Cela demandera au moins un an". Dmitri Badovski, vice-directeur de l'Institut des systèmes sociaux, estime également que, même si Dmitri Medvedev obtient de brillants résultats, tout sera fait pour que ni l'élite, ni la société n'interprètent les résultats de l'élection comme l'apparition d'un nouveau leader national dans le pays".

    Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

    Lire aussi:

    Medvedev: les USA ont lancé une guerre commerciale contre la Russie
    Les frappes US en Syrie laissent les mains libres aux terroristes, selon Medvedev
    Medvedev: les USA ont lancé une guerre commerciale contre la Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik