Ecoutez Radio Sputnik
    Le Coran

    Poutine défend les livres sacrés et la liberté de conscience

    © AFP 2018
    Russie
    URL courte
    81716

    Selon le président russe, la Bible, le Coran et les livres sacrés des autres religions ne peuvent pas être considérés comme des textes à caractère extrémiste.

    Le président russe Vladimir Poutine a proposé mercredi d'interdire de reconnaître les textes sacrés de la Bible, du Coran, de la Tanakh et du Kangyour comme publications à caractère extrémiste.

    "La Bible, le Coran, la Tanakh, le Kangyour, leur contenu et les citations de ces livres ne peuvent pas être considérés comme textes extrémistes", est-il indiqué dans un projet d'amendement à la Loi sur la lutte contre l'extrémisme soumis à la Douma (chambre basse du parlement).

    Cette initiative fait suite à un jugement prononcé par le tribunal de Ioujno-Sakhalinsk (région de Sakhaline, Extrême-Orient) et classant le livre "Prière: son importance et sa place dans l'islam" comme "un texte à caractère extrémiste". Le livre en question contient plusieurs citations et sourates du Coran.

    "L'article 28 de la Constitution russe garantit la liberté de conscience et de religion à chaque citoyen du pays, y compris la liberté de choisir et de pratiquer ou non une religion", lit-on dans la notice explicative.

    Le christianisme, l'islam et le bouddhisme constituent une partie intégrante du patrimoine historique des peuples de Russie. "Dans cette optique, le projet de loi propose de stipuler que la Bible, le Coran, la Tanakh et le Kangyour, qui constituent la base spirituelle de ces religions, leur contenu et les citations de ces livres ne peuvent pas être considérés comme des textes à caractère extrémiste, en vue d'assurer un respect égal à l'égard des religions traditionnelles", d'après la notice.

    Les représentants des organisations religieuses appropriées de Russie ont participé à l'élaboration du projet de loi.


    Lire aussi:

    Quand Poutine voyage en avion, il passe le temps en relisant la Bible
    Et si le Coran était un plagiat de la Bible?
    Le Coran, «obstacle» pour un «État moderne», selon un ex-ambassadeur en Tunisie
    Tags:
    bouddhisme, christianisme, islam, extrémisme, Le Kangyour, La Tanakh, La Bible, Coran, Douma d'État, Vladimir Poutine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik