Ecoutez Radio Sputnik
    le tigre Amour et le bouc Timour

    Des chercheurs expliquent le phénomène de l’amitié entre un tigre et un bouc

    © Sputnik . Vitaly Ankov
    Russie
    URL courte
    24370

    Le secret de la célèbre amitié entre le tigre Amour et le bouc Timour, dans le parc safari du Primorié (Extrême-Orient russe, frontière avec la Chine et la Corée du Nord), est désormais percé grâce au directeur de la filiale du centre non-commercial "Tigre de l’Amour" Serguei Aramilev.

    Selon lui, le bouc Timour, qui était destiné à être mangé par le tigre Amour, a réussi à survivre aux côtés du prédateur du fait qu'il ne se considérait pas lui-même comme une proie. A la première rencontre, Timour ne s’est pas conduit comme tel, Amour était nourri et a donc choisi d’ignorer le bouc comme élément inutile de son entourage.

    M.Aramilev a comparé la situation du parc safari de Primorié aux relations entre un animal et un dresseur.

    "On a tous entendu parler de cas d’attaques d'animaux contre leurs dresseurs lorsque ces bêtes vives dans l’appartement de leurs propriétaires. Ces attaques ne se passent que quand l’homme exprime une peur, à laquelle la bête riposte par une attaque. Ces cas sont très répandus. La même chose peux arriver à Timour: si un jour il comprend qu’il pourrait être une victime, ses jours sont comptés".

    Le tigre de l'Amour, baptisé Amour, et le bouc Timour, gibier de prédilection de ces félins, occupent un seul enclos du parc safari depuis le 24 novembre dernier. Le carnassier n'a pas encore mangé le bouc, qui avait fait preuve de courage. Tous les jours les deux amis se promènent ensemble et jouent dans leur enclos.

    Lire aussi:

    Les boucs vous bêlent le Joyeux Noël
    Un crocodile et un python se font passer pour un chien et un chat
    La Russie pourrait lancer une attaque surprise contre l’Europe, spécule Die Welt
    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    Tags:
    zoo, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik