Ecoutez Radio Sputnik
    Crimée

    L’interdiction du film sur la Crimée, une censure "stupide et inacceptable"

    © Sputnik . Sergey Anashkevich
    Russie
    URL courte
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (187)
    1171207

    Cette année, la projection du film russe "Crimée. Retour à la Patrie" réalisé par Andreï Kondrachov a été interdit dans plusieurs villes françaises. Nicolas Dhuicq, député de l’Aube, s’exprime à ce sujet dans un entretien accordé à Sputnik.

    M.Dhuicq, faisant partie d'une délégation de parlementaires français, s'était rendu en Crimée en juillet dernier. Selon lui, il faut actuellement parler de la censure.

    "Je trouve que c'est une censure qui est totalement stupide et inacceptable, parce que, je le redis, historiquement la Crimée est russe. Il est important que les gens sachent aussi que la ville de Sébastopol a toujours été rattachée à la Fédération (de Russie, ndlr) directement et a un statut indépendant", déclare l'homme politique.

    Selon l'interlocuteur de Sputnik, ceux qui sont contre le film, ne se sentent pas à l'aise face à la réalité. Il souligne également l'absence de soutien économique à la Crimée de la part des autorités ukrainiennes pendant des années.

    "Le référendum a pacifié la situation et empêché des morts inutiles. Et le fait aussi que le film montre que la majorité des habitants de la Crimée ont été très heureux de retourner au sein de la Fédération de Russie. Donc cette version est gênante évidemment pour les autorités de Kiev", explique M.Dhuicq.

    Dossier:
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (187)

    Lire aussi:

    La Crimée: vers l’indépendance énergétique à grands pas
    Pierre Richard cet hiver en Crimée pour un spectacle
    Crimée: "Cette terre est russe, et ce n’est pas une approche historique"
    Crimée: Moscou renvoie Fabius à ses contradictions
    Tags:
    cinéma, interdiction, Nicolas Dhuicq, Crimée, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik