Russie
URL courte
14751
S'abonner

Une opération conjointe du FSB et de la police a permis de d'arrêter une vingtaine de recruteurs de Daech à Moscoou.

Un groupe d’environ 20 recruteurs de l'organisation terroriste Daech a été démantelé mercredi à Moscou, a annoncé une source au sein des forces de l'ordre russes.

"Une vingtaine de personnes soupçonnées de liens avec Daech ont été arrêtées au cours d'une opération conjointe du Service fédéral de sécurité (FSB) et de la police. Selon les données préliminaires, ces personnes recherchaient et recrutaient à Moscou de nouveaux membres de Daech", a indiqué la source désireuse de conserver l'anonymat.

L'agence RIA Novosti n’a pas obtenu de confirmation officielle de cette information.

Auparavant,  le FSB a annoncé l'arrestation de 14 personnes impliquées dans la fabrication de faux documents pour les combattants de Daech.

Parmi les clients du groupe démantelé figuraient des citoyens russes et des ressortissants de plusieurs ex-républiques soviétiques. Les intéressés fabriquaient de faux documents pour les djihadistes qui partaient en Syrie pour joindre les rangs de l'Etat islamique ainsi que pour les combattants de Daech envoyés en Russie en vue de mener des "activités extrémistes et terroristes", indique le Service fédéral.

Le FSB a également annoncé avoir interpellé dans l'Oural sept membres de l'Etat islamique qui envisageaient de commettre des attentats à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Le groupe était dirigé par un terroriste de Daech en provenance de Turquie.

Ces derniers mois, des dizaines de combattants islamistes ayant prêté allégeance à l'EI ont été éliminés lors d'opérations spéciales dans le Caucase russe.

Lire aussi:

Une cellule de recrutement de Daech démantelée en Tunisie
Le réseau de recrutement aux multiples facettes de Daech
Covid-19: Qui sont les 16% de Français opposés au vaccin
La Turquie rejette les critiques de l'Onu concernant Chypre
Tags:
recruteur, arrestation, FSB, Etat islamique, Moscou, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook