Ecoutez Radio Sputnik
    Le président russe Vladimir Poutine

    Poutine: les terroristes cherchent à s'emparer d'armes chimiques

    © Sputnik . Alexei Druzinine
    Russie
    URL courte
    6453
    S'abonner

    Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que les terroristes cherchaient à s'emparer d'armes chimiques.

    M.Poutine a annoncé que les terroristes "tendaient leurs mains" vers les armes chimiques et qu'il était difficile de prédire quelle cible ils allaient frapper la prochaine fois.

    Le dirigeant russe a également ajouté que l'issue de la guerre avec Daech se décidait en Syrie.

    M.Poutine a remercié les militaires russes "qui avaient fait tout leur possible pour faire reculer les terroristes" et les avaient empêchés d'intervenir dans les affaires intérieures de la Syrie. Le président a en outre souligné que les militaires russes avaient beaucoup contribué à la préservation de l'indépendance de l'Etat syrien.

    "La Syrie est l’épicentre de la lutte contre le terrorisme. Je n'exagérerais pas si je disais que l'avenir du Proche-Orient dépend du destin de ce pays. L'issue de la guerre contre Daech se décide sur le sol syrien. Les terroristes et extrémistes de toutes sortes se sont rassemblés sous la bannière de Daech, ils sont réunis par leur aspiration commune à prendre le contrôle de tout le monde islamique", selon Vladimir Poutine.

    Bien que la fin du conflit en Syrie soit encore loin, l'expérience de ces derniers mois dans ce pays a démontré que la création d’un front antiterroriste commun, mainte fois prôné par la Russie, permettrait de faire face aux dangers, au terrorisme et aux autres défis qu'affronte l'humanité, a souligné M.Poutine.

    Lire aussi:

    Poutine: le potentiel de conflit dans le monde ne cesse de croître
    Poutine prolonge l'embargo alimentaire russe jusque fin 2017
    La rencontre Poutine-Erdogan prévue pour septembre en Chine
    Tags:
    terrorisme, armes chimiques, Etat islamique, Vladimir Poutine, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik