Russie
URL courte
2822
S'abonner

Dans cette région peu peuplée, "si on ne réagit pas, on finira tous par parler chinois". La phrase a été lâché par le président russe lors d'une visite de l'Extrême-Orient". Pour que ce triste sort n'arrive pas aux Russes, il a donc été décidé d'attribuer gratuitement un hectare à ceux qui acceptent de s'y installer.

Les résultats de cette décision ne se sont pas fait attendre. Une habitante de la ville d'Anadyr (extrémité orientale de la Sibérie, sur la mer de Béring) est devenue la première en Russie à avoir reçu son hectare dans le district autonome de Tchoukotka en vertu d'un décret présidentiel approprié. Le site officiel du district informe que la femme se propose d'y cultiver des plantes.

Trois autres demandes d'attribution de terre gratuite ont été déposées dans l'administration de la Tchoukotka.

D'ici le mois d'octobre, seuls les habitants locaux ont le droit à un hectare dans la Tchoukotka. A partir du 1er octobre par contre, ce droit sera accordé à tous les habitants de l'Extrême-Orient, et à partir du 1er février prochain, à tous les habitants de la Russie.

En vertu d'une loi signée par le président de Russie Vladimir Poutine le 2 mai 2016, chaque habitant du pays pourra se voir attribuer gratuitement en Extrême-Orient un terrain d'une superficie allant jusqu'à un hectare. L'exploitation du terrain pendant cinq ans permettra d'obtenir le droit de propriété ou celui  de bail gratuit à long terme.

Le portail «На Дальний Восток.рф»  ("Vivre en Extrême-Orient.rf) a été créé à l'intention de ceux qui veulent recevoir leur hectare extrême-oriental.


Lire aussi:

Poutine met le paquet sur l'Extrême-Orient
La Corée du Sud veut s’unir avec la Russie pour développer l'Extrême-Orient
Forum de Vladivostok: propulser le développement de l'Extrême-Orient
Les autorités libanaises ont déterminé l’origine des explosions à Beyrouth
Tags:
Loi sur un hectare en Extrême-Orient, Vladimir Poutine, mer de Bering, Tchoukotka, Extrême-Orient
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook