Ecoutez Radio Sputnik
    MH17

    Kremlin: le MH17 n’a pas été abattu d’un territoire contrôlé par les insurgés

    © Sputnik . Andrei Stenin
    Russie
    URL courte
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (284)
    111365

    Le Kremlin a déclaré que, d’après les données radars, le Boeing-777 de la Malaysia Airlines n’avait pas pu être abattu à partir d’un territoire contrôlé par les insurgés. Moscou appelle également la commission d’enquête à tenir compte des documents fournis par le ministère russe de la Défense.

    Le porte-parole du président russe Dmitri Peskov estime qu’il faut prendre en compte toutes les données, y compris les documents sur le crash du Boeing-777 de la Malaysia Airlines livrés récemment par l'armée russe.

    « Il y a des faits incontestables. Il ne faut pas tirer des conclusions sans prendre en compte les dernières informations rendues publiques par nos militaires. Il s’agit notamment des données préliminaires des radars ayant fixé tous les aéronefs ou les objets qui pouvaient être lancés ou se trouver dans l'air sur le territoire contrôlé par les insurgés », a déclaré M. Peskov aux journalistes.

    Le porte-parole de Vladimir Poutine a souligné que ces données étaient exactes et qu’aucun missile n’aurait pu abattre l’avion.

    « S’il y avait un missile, il pouvait être lancé uniquement à partir d’un autre territoire. Je ne précise rien, c’est la tâche des spécialistes de l’établir », a-t-il ajouté. Il a en outre affirmé que les données radars n’étaient pas à discuter car « c’était constaté par des instruments ».

    M. Peskov a noté que les données préliminaires des radars fournies la veille par le ministère russe de la Défense étaient informatives et aidaient à avoir une vision plus complexe de la situation.

    Le Boeing 777 de Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur s'est écrasé le 17 juillet 2014 avec 298 personnes à son bord, alors qu'il assurait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur, sans laisser de survivant. Parmi les victimes de la tragédie figuraient 193 ressortissants néerlandais.

    Les autorités de Kiev ont par la suite accusé les insurgés d'avoir abattu l'avion à l'aide d'un système de missiles Bouk. Pour leur part, ces derniers démentent toute implication dans la catastrophe.  Le consortium russe Almaz-Anteï, producteur des missiles sol-air Bouk, a mené sa propre enquête sur la catastrophe du Boeing 777 (vol MH17) en Ukraine, en organisant une expérience grandeur nature. Le groupe a fait exploser l'ogive d'un Bouk près d'un Boeing retiré du service, dans l'espoir de déterminer les circonstances du crash. Le consortium a en outre conclu que le Boeing avait été abattu par un missile 9M38-M1 du système Bouk-M1, arme dont l'armée ukrainienne est dotée.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (284)

    Lire aussi:

    Le radar russe n’a enregistré aucun objet à l’origine du crash du MH17
    Almaz-Anteï présente de nouvelles données dans l’enquête sur le vol MH17
    MH17: le nouveau rapport qui accable Bellingcat
    Tags:
    données, enquête, MH17, crash d'avion, Bouk, Crash du Boeing 777 de Malaysia Airlines, Dmitri Peskov, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik