Russie
URL courte
16604
S'abonner

A quoi ressemble le parfait agent du KGB, à votre avis? Une fois entré en service, il devient un serviteur obéissant et rigoureux du régime auquel il reste fidèle pendant toute la vie. Ou pas? Ces exemples casseront peut-être l'image des espions brutaux...

L'impression générale est que le KGB joue le rôle du mal absolu dans le discours politique, ses employés étant d'impitoyables espions qui songent à restaurer l'URSS. Et il semble que personne n'ose creuser plus profond ou que tous se contentent tout simplement de l'aura de mystère et de peur qui entoure le KGB.

Mais le fait d'être passé par le KGB ne détermine pas la personnalité de l'individu. Sputnik vous invite à examiner de plus près les parcours de quatre anciens du KGB qui vous suggéreront probablement une autre image d'une personne de ce service.

Heydar Aliyev

Heydar Aliyev, le fondateur de l'Azerbaïdjan tel qu'on le connaît aujourd'hui, a rejoint la section azerbaïdjanaise du KGB en 1944. Or, il ne semble y avoir assimilé que la détermination et le courage qui lui ont apparemment aidé à prendre le pouvoir en Azerbaïdjan.

M. Aliyev retourne dans son Nakhitchevan natal en 1990, se redéfinit comme un nationaliste modéré et démissionne du Parti communiste. Il accumule rapidement les fonctions: d'abord, il est élu député au parlement de l'Azerbaïdjan, puis en 1991 il devient président de l'assemblée locale de la République autonome du Nakhitchevan. En 1992, il fonde son propre parti, le Parti du nouvel Azerbaïdjan.

Ensuite, il a été élu président au suffrage universel le 3 octobre 1993 et met ainsi un terme au chaos sévissant dans le pays. Il a dirigé son pays d'une main de fer, a maté toute sorte de dissidence politique et a encouragé les investissements étrangers pour booster l'économie et d'autres domaines.

Alexander Lebedev

Un autre ancien du KGB, Alexander Lebedev, fils d'un scientifique et d'une enseignante d'histoire et d'anglais, vit la grande vie de milliardaire, mais n'oublie pas non plus les problèmes d'autrui. Il a travaillé pour le KGB de 1982 à 1992, puis s'est lancé dans les affaires et y a réussi, selon toute apparence.

Qui sont les meilleurs agents secrets russes?
© Sputnik . Sergey VieniaVski
Le Alexander Lebedev d'aujourd'hui est l'un des fondateurs du Parti démocratique indépendant de Russie, propriétaire de nombreux journaux dont Novaïa Gazeta où travaillait la fameuse Anna Politkovskaya. A sa mort, Alexandre Lebedev a offert une récompense de un million de dollars à toute personne capable de fournir des informations sur l'identité des tueurs.

D'ailleurs, il gère avec son fils la fondation Raïssa Gorbatcheva pour soutenir la lutte contre la leucémie.

Guennadi Goudkov

Un député dissident de la Douma précédente, Guennadi Goudkov, est considéré comme l'un des critiques les plus virulent du président Vladimir Poutine. M. Goudkov a aussi fait partie du KGB, a lui-même fondé plusieurs services de sécurité, a appelé à agir plus efficacement pour combattre le terrorisme, ainsi qu'à augmenter les revenus des forces de sécurité, à y attirer des personnes hautement qualifiées et mettre fin à la corruption, vu que tout cela aurait pu contribuer à la prise d'otages de Beslan.

Eugene Kaspersky

Qui ne connaît pas Eugene Kaspersky, développeur du logiciel russe le mieux vendu au monde, l'un des experts vedettes dans le domaine de la sécurité de l'information? Il est à la tête de Kaspersky Lab, cela est connu de tous, mais saviez-vous qu'il a aussi été formé par le KGB?

Son parcours a commencé à la faculté de mathématiques de la Haute École du KGB (renommée en 1992, l'Institut de cryptographie, de télécommunications et d'informatique de l'Académie du FSB) où il consacrait tout son temps aux mathématiques, à la cryptographie et aux technologies informatiques.

Après l'institut, M. Kaspersky a commencé à travailler dans un centre de recherche scientifique où il a pris connaissance des virus informatiques et s'est mis à élaborer un anti-virus, le premier de beaucoup d'autres dont on se sert désormais. En 1991, il a rejoint le Centre des technologies de l'information KAMI, y a dirigé une équipe de chercheurs qui avaient pour but commun de développer l'antivirus AVP — le prototype de ce qui deviendra, des années plus tard, le premier Kaspersky Anti-Virus.

Bon, avez-vous toujours la même vision de l'agent du KGB à l'image sombre et fidèle à son gouvernement? Si vous imaginez toujours qu'un ancien du KGB est obligatoirement un nationaliste russe (ce qui est contredit par l'histoire d'Heydar Aliyev) qui est toujours solidaire avec Poutine (et Guennadi Goudkov ne l'est pas), ennemi des journalistes (Lebedev?) et peu créatif (l'opposé de M. Kaspersky…), peut-être faut-il reconsidérer un peu votre position?

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Lituanie: des hackers inscrivent la présidente dans la liste des agents du KGB
Iouri Andropov : 15 ans à la tête du KGB
Le renseignement US demande que les Américains renoncent au russe Kaspersky
Pour le New York Times, le MI6 roule maintenant pour Moscou
Le Britannique Kim Philby était bien un agent soviétique
Tags:
agents, sécurité, espionnage, KGB, FSB, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook