Russie
URL courte
36444
S'abonner

À la suite du porte-parole du ministère russe de la Défense, c’est au tour du secrétaire de presse du président russe d’être ébahi par les déclarations sur la revente des Mistral à la Russie.

Le secrétaire de presse du Kremlin Dmitri Peskov a qualifié d'absurdité totale les propos du ministre polonais de la Défense Antoni Macierewicz, qui a annoncé, se référant à ses propres sources, que l'Égypte aurait vendu à la Russie deux porte-hélicoptères Mistral pour la somme d'un dollar.

« Je ne crois pas que ce soient des sources fiables. Je pense que cela s'explique, visiblement, par un excès d'émotions à Varsovie, au cours de ces dernières semaines », a dit M. Peskov.

« À notre grand regret, tous ne sont pas en mesure de les (les émotions) maîtriser et d'y réagir de façon adéquate. C'est une absurdité totale », a-t-il ajouté.

Le ministère russe de la Défense a qualifié les propos de M. Macierewicz de « bêtise du vendredi ».

Les militaires russes avaient noté précédemment que le ministre polonais était trop « exalté » et que par ces déclarations il tentait de se faire de la publicité.

En 2011, la Russie a conclu avec la France un contrat de livraison de deux porte-hélicoptères Mistral. Cependant, en 2014, Paris a refusé de les remettre à cause de la situation en Ukraine. Le contrat a été rompu et la France a versé à la Russie 949 755 euros de dédommagement avant de vendre les navires à l'Égypte.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

 

 

Lire aussi:

Comment l’Égypte projette d’utiliser les Mistral
Le deuxième Mistral rejoint son port d’attache en Égypte
La France livre à l'Égypte le second Mistral
Coronavirus, en continu: le pic en Île-de-France prévu vers le 6 avril
Tags:
revente, Mistral, Dmitri Peskov, Antoni Macierewicz, France, Pologne, Egypte, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook