Ecoutez Radio Sputnik
    Lavrov

    Lavrov: avant d’accuser les Russes pour la Syrie, que les USA se remémorent la Yougoslavie

    © Sputnik. Sergey Guneev
    Russie
    URL courte
    140138191803

    Rappelant l’agression de la Yougoslavie par l’Otan en 1999, qui a fait des milliers de victimes, Sergueï Lavrov a qualifié d’«hystérie» la réaction de l’Occident aux actions de la Russie en Syrie.

    Les bombardements de la Yougoslavie par les forces de l'Otan en 1999 sont devenus le premier acte d'agression contre un État souverain sur le territoire européen depuis la Seconde Guerre mondiale, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans une interview à la chaîne de télévision russe Rossiya-1.

    « L'agression contre la Yougoslavie était précisément une agression. Par ailleurs, ce fut la première attaque armée en Europe contre un État souverain depuis 1945. Si nous en parlons maintenant, dans le contexte de ce qui se passe autour de la Syrie, nos partenaires occidentaux, surtout les Américains et les Britanniques, ont déjà arrivés, dans leur hystérie, au point où ils ont recours à des insultes publiques, usant de mots tels que « barbare », « crime de guerre ». Permettez-moi de vous le rappeler, l'agression contre la République fédérale de Yougoslavie a été associée à de nombreuses attaques contre des cibles civiles, y compris, entre autres, la télévision de Serbie, les ponts par où passaient les trains civils avec des passagers, et beaucoup d'autres biens publics », a martelé le chef de la diplomatie russe.

    Mais, personne ne se souvient des milliers de morts, parmi lesquels des centaines d'enfants, et des 250 000 de réfugiés causés par cette agression, selon M. Lavrov.
    Le ministre russe des Affaires étrangères a également ajouté que son prédécesseur Yevgeny Primakov, qui a occupé ensuite le poste de premier ministre, a eu raison de réagir de façon brusque et même insolente au début de l'opération de l'Otan en Yougoslavie.

    « Si la Russie, représentée par Yevgeny Primakov, n'avait pas réagi de la façon dont il l'a réagi à cette violation flagrante du droit international, nous ne nous le serions probablement pas pardonné pendant très longtemps, et notre histoire aurait été enrichie d'une page très désagréable. Il a fait en sorte que la Russie fasse preuve de caractère et prenne la seule position correcte à ce moment », a conclu M. Lavrov.

    En 1999, lorsque les forces de l'Otan ont bombardé la Yougoslavie (alors composée de la Serbie et du Monténégro), le premier ministre russe Evgueni Primakov a annulé sa visite aux États-Unis. Il était à bord d'un avion lorsqu'il a appris la nouvelle et a ordonné de faire faire demi-tour à l'avion, qui se trouvait alors en plein milieu de l'Atlantique, afin de regagner Moscou.

    Du 24 mars au 9 juin 1999, la Serbie et le Monténégro faisant alors partie de la République fédérale de Yougoslavie (RFY), ont été bombardés par l'Otan. La raison officielle plaidée pour justifier l'Opération Allied Force (Opération force alliée, en français) était le nettoyage ethnique au Kosovo.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Lavrov: ne pas laisser les terroristes partir de Mossoul vers la Syrie
    Quand Lavrov plaisante sur son travail et sa vie privée
    Le Turkish Stream jusqu’en Europe? Lavrov énonce les conditions
    Tags:
    agression, OTAN, Sergueï Lavrov, Yougoslavie, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik