Russie
URL courte
94882
S'abonner

La rédactrice en chef de la chaîne RT et de Sputnik se réjouit de l’effet produit par la pression faite en Occident sur les médias russes: en pensant les discréditer on leur fait plutôt de la pub gratuite!

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision russe NTV, la rédactrice en chef de RT et de Sputnik Margarita Simonian a avoué que les diatribes dirigées en Occident contre ces deux médias ne faisaient que susciter l'intérêt pour eux.

« Plus ils nous tancent, plus ils nous font de la pub. Toujours plus de monde commence à se poser la question : mais qu'est-ce qu'ils ont à s'en prendre à eux comme ça ? Voyons voir ce qu'il en est vraiment », a déclaré la journaliste citée par le site de NTV.

Elle a ajouté que pendant les élections en Amérique, « nous n'avons pas quitté la une de tous les médias mondiaux ».

« Je ne peux pas citer un média qui ne nous a pas traîné dans la boue. À présent, des élections auront lieu en France et l'histoire se répète : nous sommes les principaux protagonistes », constate Mme Simonian.

Elle signale que les tentatives de mettre les bâtons dans les roues de RT et de Sputnik s'expliquent très simplement : les gens ont compris ce qu'était la véritable liberté de parole.

Elle a également fait l'éloge de la hardiesse des journalistes étrangers travaillant pour RT.

« Les gars qui travaillent pour nous font preuve d'un courage immense, parce qu'ici (à l'étranger, ndlr) le fait même de travailler pour nous signifie pour beaucoup d'entre eux recevoir "la tache noire" », conclut-elle.

Ces derniers temps, la lutte contre les médias russes gagne en ampleur en Europe. Fin novembre dernier, le Parlement européen a adopté une résolution prévoyant des mesures destinées à limiter l'activité des médias russes en Europe. Il est connu également que certains passages du document ont été, quand même, refusés.

691 députés ont pris part au vote : 304 personnes ont voté pour, 179 contre et 208 députés se sont abstenus.

Dans une résolution intitulée « Les communications stratégiques de l'UE en tant qu'instrument pour contrecarrer la propagande des parties tiers », la Russie est accusée d'utiliser les relations bilatérales pour semer la discorde dans la communauté européenne.

La résolution nomme également les principaux médias qui menacent, selon le Parlement européen, l'UE et ses partenaires de l'Europe de l'Est. Il s'agit de l'agence de presse Sputnik, de la chaîne de télévision RT, de la fondation « Le monde russe » et de l'agence fédérale russe « Rossotroudnitchestvo ».

En outre, ce document du Parlement européen contient un certain nombre d'accusations flagrantes sans fondement, notamment une comparaison de l'activité de médias tels que Sputnik avec des actions du groupe terroriste État islamique.

Commentant l'adoption de cette résolution, le président russe Vladimir Poutine a félicité les journalistes de RT et de Sputnik pour leur travail efficace. Il a noté que ce document témoignait du fait que l'idée de la démocratie s'est dégradée dans la société occidentale.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Résolution contre les médias russes: Zakharova condamne la réaction de l’OSCE
Moscou prendra des mesures pour protéger ses médias suite à la résolution du PE
La résolution du PE dévoile «la misère du journalisme européen»
Emir Kusturica sur la résolution anti-Sputnik: «la vérité n’a jamais été de la propagande»
Tags:
campagne médiatique, publicité, mensonge, liberté de la presse, chaîne de télévision russe RT, Sputnik, Margarita Simonian, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook