Ecoutez Radio Sputnik
    collage sur Vladimir Poutine

    Trump juge que Poutine est un «dur à cuire»? Pourquoi pas, l’anglais est riche en images

    © Sputnik. Alexei Filippov
    Russie
    URL courte
    41867109

    «Dur à cuir»? Le dernier jugement de Donald Trump sur Vladimir Poutine n’est pas passé inaperçu en raison de son expressivité. Pourtant, le porte-parole du président russe Dmitri Peskov n’y voit rien d’extraordinaire.

    Commentant le dernier jugement de Donald Trump sur Vladimir Poutine, le Président américain ayant décrit son homologue russe comme un « dur à cuir », Dmitri Peskov, porte-parole du Président russe, a apprécié l'imagerie de la langue anglaise.

    « Comme la langue russe, l'anglais est assez riche. Et, bien sûr, certains hommes politiques préfèrent utiliser toute la richesse de leur langue maternelle », a déclaré Dmitri Peskov.

    Le porte-parole du Président russe a pourtant précisé que le Kremlin ne se préoccupait pas d'analyses linguistiques.

    Prié récemment par un journaliste de Fox News de donner son avis sur plusieurs personnalités publiques et hommes politiques, dont Vladimir Poutine, Donald Trump a répondu sans mâcher ses mots.

    « C'est certainement un dur à cuire », a-t-il lancé en référence à son homologue russe.

    Bien que le chef de la Maison-Blanche ne connaisse toujours pas personnellement son homologue russe, cela ne l'a pas empêché de juger ce dernier de manière expressive.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Mode d’emploi: Trump va demander à Merkel comment traiter avec Poutine
    Poutine avoue écrire «comme un chat»
    Tags:
    présidence américaine, Dmitri Peskov, Vladimir Poutine, Donald Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik