Ecoutez Radio Sputnik
    Un tribunal russe arête par contumace Arseni Iatseniouk

    Un tribunal russe arrête par contumace Arseni Iatseniouk

    © Sputnik . Stringer
    Russie
    URL courte
    21704

    Un tribunal russe vient d'arrêter par contumace l’ex-Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, accusé par la Russie de banditisme et d’homicide volontaire, à la suite d'un mandat d'arrêt international délivré à son encontre le 21 février.

    L'ex-Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a été arrêté par contumace par le tribunal russe d'Iessentouki à la suite d'un mandat d'arrêt international délivré à son encontre le 21 février, lit-on sur le site de l'institution.

    L'homme politique a rapidement réagi sur son compte Twitter à ce jugement en le qualifiant de « non-sens absolu » ainsi que de « tentative de le discréditer ». D'après lui, l'ambassade d'Ukraine en Russie a bien reçu une copie de ce papier.

    Dans une interview accordée en septembre 2015 au quotidien Rossiyskaya Gazeta, Alexandre Bastrykine, président du Comité d'enquête de Russie, a déclaré que l'ex-Premier ministre ukrainien avait participé à au moins deux opérations armées contre l'armée russe à Grozny, en pleine première guerre de Tchétchénie. Il est accusé d'avoir participé à des actes de torture et à l'exécution de soldats russes.

    À l'époque, Alexandre Bastrykine n'avait pas précisé s'il entendait donner des suites judiciaires à cette enquête.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

    Lire aussi:

    Iatseniouk soupçonné d'avoir reçu un pot-de-vin de 3 M USD
    Démission de Iatseniouk, un coup de théâtre?
    Iatseniouk, symbole du naufrage de l’Ukraine post-Maïdan
    Tags:
    bandit, premier ministre, arrêt, guerre, Alexandre Bastrykine, Arseni Iatseniouk, Essentouki, Grozny, Tchétchénie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik