Ecoutez Radio Sputnik
    Les Témoins de Jéhovah face à la justice russe

    Les Témoins de Jéhovah face à la justice russe

    © Sputnik. Alexei Kudenko
    Russie
    URL courte
    Interdiction des Témoins de Jéhovah en Russie (2017) (14)
    3330392414

    "Ce verdict pourrait être le premier pas vers l'interdiction des Témoins de Jéhovah sur l'ensemble du territoire russe", écrivait la presse en 2011 alors que le tribunal de Kogalym venait de condamner Natalia Podlojevitch pour avoir interdit aux médecins d'accomplir une transfusion sanguine sur son fils de 5 ans.

    Ces derniers, qui s'efforçaient de sauver Sergueï Podlojevitch, n'avaient pas pu agir comme l'exigeait la situation. Six ans plus tard, la Cour suprême russe vient de reconnaître comme extrémiste l'activité du Centre administratif des Témoins de Jéhovah en Russie et a interdit son activité. Si ce dernier faisait appel, le décret d'interdiction de l'organisation n'entrerait pas en vigueur immédiatement.

    Dans le cas contraire, les membres des Témoins de Jéhovah pourraient être traduits en justice pour extrémisme en vertu du paragraphe 2 de l'article 282.2 du Code pénal russe "Participation à l'activité d'une association religieuse qui a été fermée ou interdite par la justice pour cause activité extrémiste". Ainsi, les adeptes des Témoins de Jéhovah pourraient risquer de 2 à 6 ans de prison.

    Avec le centre seront fermées les 395 organisations qui y sont rattachées, dont huit ont été jugées pour extrémisme. Les Témoins de Jéhovah précisent que la décision du tribunal affecte directement près de 400 organisations religieuses locales enregistrées en Russie et touche les 2 277 groupes religieux qui réunissent 175 000 adeptes de ce mouvement religieux à travers le pays.

    Pendant le procès, le ministère de la Justice a notamment accusé les Témoins de Jéhovah de refuser les transfusions sanguines. Le ministère est également convaincu que l'activité des Témoins de Jéhovah constitue une menace à la protection des droits et des intérêts de la société et à la sécurité publique. Les tribunaux russes ont reconnu comme extrémistes 95 brochures de l'organisation.

    Le tabou du sang

    L'histoire de Sergueï Podlojevitch n'est pas la seule à avoir été largement couverte par les médias. En 2010, les médecins avaient ainsi lutté au tribunal et sur la table d'opération pour la vie d'Ivan Orloukovitch, 10 ans, de Moscou. Il avait été renversé par une voiture et une transfusion sanguine était nécessaire mais la mère de l'enfant refusait absolument de donner son accord pour l'opération. Les médecins ont tout de même obtenu le droit de réaliser la transfusion mais, malheureusement, le temps si précieux était irréversiblement perdu.

    "Je ne pense pas que ce soit la cause de la mort. Il a subi un sérieux traumatisme crânien. Il n'aurait probablement pas pu être sauvé", disait à l'époque Lioudmila Orloukovitch.

    Les Témoins de Jéhovah sont persuadés que la Bible "ordonne clairement" de ne pas transfuser le sang. Ils citent à titre d'argument cette citation de la Genèse: "Vous ne mangerez point de chair avec son âme, avec son sang".

    Cette interdiction des transfusions sanguines n'a pas toujours été en vigueur chez les Témoins de Jéhovah. Elle a commencé à être condamnée en 1945 alors que 20 ans plus tôt, c'était l'inverse: la transfusion de sang était encouragée par la direction de l'organisation. C'est seulement en 1961 que le don du sang devient tabou et un adepte des Témoins de Jéhovah risque d'être expulsé de la secte pour cela.

    "Si un individu refuse une procédure médicale de son propre gré, c'est une chose. Mais si une organisation l'interdit (comme dans ce cas précis), c'en est une autre. La situation est d'autant plus grave quand il s'agit d'enfants car il est évident que c'est la secte qui fait le choix à sa place. Le prix à payer est la vie d'un enfant", explique Alexandre Dvorkine, président de l'Association russe des centres d'étude des religions et des sectes, membre du conseil d'experts pour l'expertise religieuse d'État auprès du ministère de la Justice.

    L'objet de l'extrémisme

    D'après l'expert, les Témoins de Jéhovah ont aussi interdiction de voter et d'être élus. "De telles interdictions valent également pour le service militaire, pour la célébration de toutes les fêtes — publiques, personnelles, sociales ou religieuses — et le fait de saluer l'hymne et le drapeau de son pays", ajoute-t-il.

    Selon lui, l'interdiction de vote et d'élection est grave car elle signifie que l'organisation ne reconnaît pas l'ordre constitutionnel du pays.

    L'État, indique Alexandre Dvorkine, n'a pas le droit de définir comment croire en quelque chose, cela ne relève pas de ses compétences. Dans le cadre de cette décision de justice il n'est pas question d'une interdiction de croyance, comme le disent les adeptes de Jéhovah, mais du statut religieux de l'organisation. "En d'autres termes, peut-il exister dans le pays une organisation qui de facto ne reconnaît pas l'ordre constitutionnel de l'État? Du moins, doit-elle bénéficier d'exonérations d'impôts?", s'interroge l'expert.

    Pour sa part Roman Silantiev, membre du conseil d'experts pour l'expertise religieuse d'État auprès du ministère de la Justice, a noté que dans certains cas les adeptes de la secte non seulement ne votaient pas eux-mêmes "mais faisaient également du porte à porte pour dissuader les autres de voter le jour des élections". En outre, l'organisation, selon lui, est très agressive envers les représentants d'autres courants religieux.

    "L'activité extrémiste peut être de deux types: dirigée vers l'intérieur et vers l'extérieur. Une organisation destructive peut brimer ses propres membres et les appeler à des actes hostiles envers d'autres individus. Les Témoins de Jéhovah exercent les deux types d'activité", estime Roman Silantiev.

    Le procès n'est pas terminé

    Presque immédiatement après le verdict, les représentants des Témoins de Jéhovah ont annoncé vouloir faire appel. Pendant le procès, les avocats de l'organisation affirmaient, par exemple, que le refus de transfusion sanguine n'était pas un acte extrémiste car il n'était pas inclus dans la loi sur la lutte contre l'activité extrémiste. La défense prépare déjà l'appel qui sera examiné par le présidium de la Cour suprême russe d'ici un mois. La prochaine étape est déjà connue.

    "S'ils perdent au présidium de la Cour suprême, ils saisiront la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) où ils sont pratiquement sûrs de gagner car les motifs d'interdiction sont dérisoires", pense Alexandre Verkhovski, membre du Conseil présidentiel pour le développement de la société civile et les droits de l'homme, directeur du centre analytique d'information Sova.

    Selon l'expert, l'interdiction a été décrétée par la Cour suprême car dans leurs textes et sermons, les Témoins de Jéhovah affirment que leur foi est meilleure que toutes les autres, que c'est la seule à être juste et que les autres ne le sont pas. En le traduisant dans le langage de la législation russe il s'agit de la proclamation d'une suprématie religieuse — qui mène directement à la haine interreligieuse.

    Toutefois, la CEDH pourrait être d'un autre avis, notamment quand on sait qu'il y a des précédents. De toute évidence les nouvelles en provenance des tribunaux sur le sort des Témoins de Jéhovah en Russie secoueront pendant encore longtemps l'espace médiatique.

    Dossier:
    Interdiction des Témoins de Jéhovah en Russie (2017) (14)

    Lire aussi:

    Strasbourg défend les Témoins de Jéhovah
    Tadjikistan: les Témoins de Jéhovah dans le collimateur du comité pour la religion
    La Cour a tranché: les Témoins de Jéhovah proscrits en Russie
    Tags:
    jugement, ministère russe de la Justice, Témoins de Jéhovah, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik