Ecoutez Radio Sputnik
    Trois ans d’embargo alimentaire: avantages, inconvénients et perspectives pour la Russie

    Trois ans d’embargo alimentaire: avantages, inconvénients et perspectives pour la Russie

    © Sputnik . Nikolay Hiznyak
    Russie
    URL courte
    28920
    S'abonner

    Trois ans après l’embargo imposé par la Russie en riposte aux sanctions, il est temps d’en dresser le bilan. Alors que certains attestent de son caractère productif, favorisant le développement de l’industrie nationale, les autres tirent la sonnette d’alarme en pointant du doigt certaines faiblesses. Quelle est donc la vérité?

    Pas de fromage français ou de jambon espagnol dans les grandes surfaces russes. Ces produits sont désormais remplacés par d'autres marchandises en provenance de pays différents de ceux auxquels le peuple russe s'était habitué, ou remplacés par leurs analogues, produits localement. Ce changement est-il plutôt bon ou mauvais? Après trois ans d'embargo alimentaire décrété par Moscou en représailles aux sanctions occidentales, la Russie se porte plutôt bien, malgré tous les pronostics. Il faut cependant plus de temps à certains secteurs afin d'améliorer leur compétitivité, tel pourrait être le constat. Essayons donc de déterminer quels ont été les avantages et les inconvénients de cette mesure. De même, tentons de pronostiquer la situation à venir.

    Où en est-on aujourd'hui?

    Les producteurs russes sont plutôt optimistes sur ce sujet, caractérisant ces trois dernières années de «très productives».

    «Grâce à l'introduction de l'embargo et au développement dynamique des programmes de substitution des importations, les fabricants russes ont réussi à augmenter la production de produits nationaux», affirme le directeur exécutif de l'Association des producteurs et des fournisseurs de produits alimentaires en Russie, Dmitri Vostrikov.

    Selon lui, la quantité des produits russes dans les magasins représente à ce jour environ 77% du total, tandis que pour certains produits, comme par exemple, le pain, le lait, la viande ou les œufs, elle atteint un taux 100%. Il rappelle par ailleurs qu'avant l'introduction de contre-sanctions, les produits étrangers représentaient 40% du total.

    «Si l'on parle de la sécurité alimentaire et de l'approvisionnement du marché russe en produits locaux, la Russie a plus gagné que perdu», a renchéri l'analyste de Rosbank, Evgeniy Koshelev.

    Qui plus est, l'embargo a incité de nombreux fabricants locaux à se lancer dans la production d'analogues russes de produits disparus des étalages. Trois ans plus tard, cette initiative va bon train et des «camemberts», des «bries» et des «mozzarellas» made in Russia conquièrent progressivement le marché local.

    Avec un peu d'amertume…

    Toutefois, l'effet de l'embargo alimentaire n'a pas été que positif. Ainsi, l'expert du centre analytique du gouvernement de la Russie, Roman Titov, déplore que certains produits, visés par les contre-sanctions, n'aient pas pu être pleinement remplacés. Ceci est dû au fait que l'augmentation de la production dans certains secteurs demande plus de temps.

    De son côté, la directrice du centre de pronostics économiques Gazprombank, Daria Snytko, pointe du doigt un autre problème: la dévaluation du rouble par rapport aux devises mondiales a entraîné la réduction de l'importation de certaines marchandises et a freiné la substitution des importations dans certains secteurs. L'experte ajoute, en outre, que certains produits exportés auparavant par l'Union européenne proviennent désormais d'autres pays.

    L'embargo dope-t-il toujours la production locale?

    Trois ans après, ces restrictions continuent-elles à exercer une influence positive sur l'agriculture russe?

    Pour M.Vostrikov, certains secteurs ont besoin de quelques années de plus pour arriver à couvrir totalement la substitution des importations.

    «C'est pour cela qu'il est encore trop tôt pour parler d'un épuisement du régime des contre-sanctions», constate-t-il.

    Néanmoins, d'autres pensent que l'embargo mis en place par le gouvernement russe comme une mesure protectionniste pour les producteurs nationaux a stimulé par ce biais les petites entreprises agricoles en Russie.

    Ainsi, grâce aux sanctions, les investissements gouvernementaux pour le secteur de l'agriculture ont considérablement augmenté tandis que les investissements dans les entreprises liées à l'agriculture en serre sont devenus populaires au sein des principaux hommes d'affaires russes

    Secteurs fragilisés.

    En outre, les experts dénotent quelques secteurs nationaux qui pourraient se retrouver fragilisés par la levée de l'embargo, notamment en ce qui concerne les produits laitiers.

    Toutefois, même si cette perspective de la levée des sanctions pourrait inquiéter les agriculteurs, ils sont plutôt optimistes pour leur avenir au vu des résultats déjà obtenus.

    Ainsi, selon le ministère russe de l'Agriculture, le rendement des tomates et des concombres cultivés dans les serres russes en juillet 2017 a augmenté de 19,8% par rapport aux chiffres de juillet 2016. Pour la substitution de la volaille ce taux s'élève à 95,2%, pour le porc, elle est de 92,1%. Mais c'est le sel qui bat tous les records, étant passé de 38% à 65% en quelques années seulement.

    Et alors après l'embargo?

    D'après Dmitri Vostrikov, les producteurs se rendent bien compte que tôt ou tard, le marché russe sera de nouveau ouvert aux produits étrangers. C'est pourquoi la suppression du régime des contre-sanctions n'aura pas d'influence négative sur le développement de l'agriculture nationale.

    Le Conseil de l'UE a décidé de proroger jusqu'à fin janvier 2018 les sanctions imposées à Moscou en juillet 2014, suite au rattachement à la Russie de la Crimée qui a suivi le coup d'État survenu en Ukraine. En réponse, Moscou a limité les importations des pays qui ont adopté les sanctions antirusses.

    Ainsi, en vigueur depuis le 7 août 2014, l'embargo interdit l'importation en Russie des produits d'agriculture, des matières premières et des denrées alimentaires depuis les pays qui ont introduit des sanctions contre Moscou sur fond de crise ukrainienne. L'embargo russe a initialement visé les produits importés des États-Unis, d'Australie, de Norvège et du Canada. Le 13 août 2015, les autorités russes ont ajouté à cette liste noire l'Albanie, le Monténégro, l'Islande et le Liechtenstein, et enfin l'Ukraine le 1er janvier 2016.

    Initialement adoptées pour une période d'un an, les restrictions ont été prolongées à plusieurs reprises — jusqu'au 5 août 2016, puis jusqu'à la fin de 2017. Cette fois, les sanctions ont été prolongées d'un an alors qu'il restait encore six mois jusqu'à leur expiration.

    Lire aussi:

    Moscou prolonge l'embargo adopté en réaction aux sanctions de l'Occident
    «L’embargo alimentaire russe constitue une mesure justifiée»
    L’embargo alimentaire à l’origine de la révolution gastronomique moscovite
    L’embargo commercial fait les beaux jours du fromage russe
    L'embargo alimentaire, une mesure qui a muselé l'inflation en Russie
    Tags:
    faiblesse, avantages, développement, embargo, économie, agriculture, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik