Russie
URL courte
Collecte du matériel biologique des Russes (9)
4260
S'abonner

Alors que Vladimir Poutine a révélé que certaines forces collectaient le matériel biologique des Russes à travers toute la Russie, le gouvernement est en train d’élaborer une loi sur la biosécurité du pays qui devrait être soumise au Parlement en décembre.

Le gouvernement est actuellement en train de travailler sur un texte de loi portant sur la biosécurité de la Russie.

La loi doit notamment être soumise à l'examen de la Douma d'État, Chambre basse du Parlement russe, au mois de décembre, a annoncé le premier vice-président de la Commission de la Douma pour l'éducation et la science, Gennadiy Onishchenko, à la chaîne de télévision Rossiya — 1.

Il a en outre souligné qu'il était nécessaire de contrôler le travail des laboratoires étrangers qui effectuent des études cliniques sur le territoire russe.

Qui plus est, Gennadiy Onishchenko estime que la situation qui concerne la collecte de matériel biologique est très importante car dans le monde moderne, déchiffrer le génome donne la possibilité de porter des dommages délibérés, «y compris à des fins militaires». À son avis, il existe même une menace de création d'«armes génétiques».

Lors d'une réunion du Conseil des droits de l'homme qui s'est tenue lundi, Vladimir Poutine a déclaré que certaines forces collectaient du matériel biologique des Russes à travers toute la Russie. Selon Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, certains représentants d'organisations non gouvernementales et d'autres organismes ont ce genre d'activités. De tels cas ont été signalés par les services secrets russes.

Dossier:
Collecte du matériel biologique des Russes (9)

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Armement: éprouvé au combat, le canon CAESAR de Nexter a séduit la République tchèque
Justin Trudeau, un genou à terre avec des manifestants contre le racisme - images
Tags:
science, biologie, sécurité, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook