Ecoutez Radio Sputnik
    Syrie

    Pourquoi la Russie ne doit pas se presser de se retirer de la Syrie

    © AP Photo / Step News Agency
    Russie
    URL courte
    28761

    Le sénateur russe Frants Klintsevitch a exposé à Sputnik la façon dont les États-Unis réagissent aux succès de la Russie en Syrie.

    Frants Klintsevitch, vice-président de la commission russe de défense et de sécurité du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), a confié à Sputnik que face aux succès de la Russie en Syrie et suite aux informations d'après lesquelles Moscou pourrait diminuer son contingent militaire dans ce pays d'ici la fin de l'année, les États-Unis ont intensifié leurs efforts en ce qui concerne le soutien des combattants en Syrie.

    Selon le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, se référant à des témoins, les États-Unis auraient déployé un camp près d'Al-Rukban, qui se trouve dans la zone qu'ils contrôlent dans la province de Homs, à la frontière avec la Jordanie, où arrivent des combattants. À leur arrivée, des conseillers américains les regrouperaient afin de former une nouvelle «opposition modérée».

    «Ces actions des États-Unis s'expliquent par le succès de la Russie en Syrie, par la libération quasiment complète de son territoire, ainsi que par l'information d'après laquelle notre groupe militaire en Syrie pourrait être réduit avant la fin de l'année», a déclaré le sénateur.

    Selon lui, les États-Unis n'abandonnent pas leurs tentatives de «démembrer la Syrie».

    «C'est pourquoi nous ne devons pas nous presser de réduire notre groupe et de nous retirer de la Syrie», a conclu M. Klintsevitch.

    Lire aussi:

    Bill Clinton en robe bleue et pas que… Des trouvailles extravagantes dans une résidence d’Epstein – images
    Un énorme requin blanc filmé à quelques centimètres d’une cage de plongeurs – vidéo
    Un «souvenir» de vacances illégal pourrait coûter leur liberté à deux Français
    Tags:
    contingent militaire, réduction, Frants Klintsevitch, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik