Russie
URL courte
8151
S'abonner

Vladimir Poutine a rejeté les accusations selon lesquelles les sportifs russes feraient partie d’un système de dopage d’État. Selon lui, la Russie lutte contre les cas de dopage isolés comme tous les autres pays.

La Russie n’a jamais mis en place de système de dopage institutionnalisé, a déclaré jeudi le Président russe Vladimir Poutine.

«Il n’y a jamais eu et j’espère qu’il n’y aura jamais un système de dopage d’État en Russie, bien qu’on essaie de nous le reprocher et même de nous en accuser», a indiqué M.Poutine lors d’une rencontre avec les ouvriers de l’usine des compresseurs de Tcheliabinsk.

Le chef de l’État russe a reconnu l’existence de cas isolés de dopage en Russie, «d’ailleurs comme dans beaucoup d’autres pays».

«Nous luttons contre cette pratique, nous prenons des mesures et nous poursuivrons ces efforts», a ajouté M.Poutine.

Le Comité d'enquête de Russie a réfuté mercredi les arguments de Richard McLaren, expert indépendant de l'Agence mondiale antidopage (AMA), concernant la présence en Russie d'un programme de dopage d'État et une substitution des tests antidopage aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014. Selon la porte-parole du Comité d'enquête, Svetlana Petrenko, aucun des 700 athlètes, entraîneurs, professionnels de la santé, employés des fédérations sportives russes, du Centre d'entraînement sportif des équipes nationales, de l’Agence antidopage RUSADA et du Centre antidopage «n'a confirmé l'existence de programme de dopage».

D’après le comité, un certain nombre d'entraîneurs et d'athlètes ont précisé que Grigori Rodtchenkov, ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou aujourd'hui réfugié aux États-Unis, avait distribué des médicaments dont les propriétés authentiques n'étaient d'abord pas connues, mais ont été identifiées par la suite comme du dopage.

L’Agence mondiale antidopage (AMA) a clos son enquête concernant 95 sportifs russes accusés de dopage. En septembre, l’AMA a déclaré que la présence des noms de sportifs russes dans le rapport de Richard McLaren ne prouvait pas qu’ils aient violé les règles antidopage.

Lire aussi:

Départ de sept nouveaux députés de LREM à l'Assemblée pour rejoindre un 10e groupe
Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
La plus grande économie d’Europe au seuil d’une puissante vague de faillites
Tags:
dopage, Comité d'enquête de Russie, Agence antidopage russe (RUSADA), Agence mondiale antidopage (AMA), Richard McLaren, Grigori Rodtchenkov, Vladimir Poutine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook