Ecoutez Radio Sputnik
    Bison

    Des bisons suédois bientôt dans le Caucase russe?

    CC0
    Russie
    URL courte
    2221
    S'abonner

    Soucieuse de rendre plus nombreux son troupeau de bisons sauvages qui figurent au Livre rouge, la Russie a décidé d'importer des animaux pur-sang en provenance de la Suède.

    La semaine prochaine, 17 bisons pur-sang en provenance de Suède devraient arriver en Russie afin de rendre plus nombreuse la présence de ces animaux en Ossétie du Nord, a annoncé à Sputnik l'antenne russe du Fond monial pour la nature (WWF).

    «Les bisons auront un long trajet à parcourir. Après avoir traversé la mer Baltique, ils couvriront plusieurs milliers de kilomètres pour arriver à la Réserve naturelle d'Okski, située dans la région de Riazan. Là, ils passeront un certain temps en quarantaine. En début d'année prochaine, une partie du troupeau sera envoyée en Ossétie du nord (Caucase russe) pour débarquer dans la nature sauvage et rejoindre le troupeau déjà existant», a expliqué une représentante du WWF.

    Panthères des neiges
    © AFP 2019 FEDERICO GAMBARINI / DPA

    Actuellement, le troupeau de bisons pur-sang habitant la nature sauvage en Russie compte plus de 500 animaux, leur nombre ayant triplé depuis 2002.

    Le bison d'Europe, un animal ancestral aussi vieux que le mammouth, est la seule espèce des grands bovins sauvages d'Europe à survivre jusqu'à nos jours. Il était très répandu sur le continent européen jusqu'au Moyen Âge. Mais la chasse et la destruction de son habitat ont entraîné l'extermination du bison d'Europe à l'état sauvage en 1927, selon le WWF. Selon un recensement international réalisé en 1926, il ne restait que 52 bisons dans les zoos. Les efforts de plusieurs pays, notamment de l'URSS, ont permis de progressivement réintroduire le bison d'Europe dans la nature après la Seconde guerre mondiale. Cet animal est inscrit dans le Livre rouge des espèces menacées en Russie.

    Tags:
    bisons d'Europe, WWF, Ossétie du Nord, Suède, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik