Russie
URL courte
201082
S'abonner

L’aviation navale et les forces de défense antiaérienne de la Flotte du Pacifique pourraient former une nouvelle armée en Extrême-Orient russe dont le quartier général sera situé dans le Kamtchatka.

Le quotidien Izvestia a annoncé, en se référant au ministère russe de la Défense, l'unification de l'aviation navale et des forces de défense antiaérienne de la Flotte du Pacifique au sein d'une nouvelle armée dont l'état-major sera situé dans le Kamtchatka.

La création de cette nouvelle armée, ayant pour mission le contrôle de l'espace aérien dans le Kamtchatka, dans la Tchoukotka et dans la région arctique commencera en 2018. Par la suite, sa zone de responsabilité s'étendra à Sakhaline, aux îles Kouriles et aux mers du Japon et d'Okhotsk.

Selon le quotidien, cette nouvelle armée sera formée sur la base du 317e régiment d'aviation stationné aux environs de Petropavlovsk-Kamtchatski et de la 53e division de défense antiaérienne basée au même endroit et comprendra une unité d'aviation et des troupes de missiles sol-air et radiotechniques.

Le ministère russe de la Défense a également annoncé son intention de modifier la structure des forces aériennes. Le ministère prévoit notamment de revenir aux régiments et divisions au lieu des bases aériennes créées après la réforme de 2008.

Selon les Izvestia, une nouvelle armée sera formée pour surveiller les menaces et faire face à une attaque aérienne surprise.

Lire aussi:

Pourquoi la tempête Alex attendue en France est-elle qualifiée de «bombe météorologique»?
«Une opération inadmissible»: LREM se lance dans une campagne d’affichage illégale dans toute la France
«La pire expression du racisme»: la mort sous les insultes d’une femme autochtone à l’hôpital ébranle le Canada
Guerre au Haut-Karabakh: «Erdogan cherche à mettre la pression sur Poutine», selon Tahhan
Tags:
défense antiaérienne, aviation navale russe, Flotte russe du Pacifique, Kouriles, Petropavlovsk-Kamtchatski, Tchoukotka, Kamtchatka
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook