Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeaux de la Russie et de l'UE

    Russie-UE: le bilan des convergences et divergences en 2017

    © Sputnik . Vladimir Sergeev
    Russie
    URL courte
    233

    En 2017, en dépit des divergences existantes, les positions de la Russie et de l’UE auront été similaires sur certaines questions à l’ordre du jour international, notamment sur le climat, le commerce international, le nucléaire iranien ou Jérusalem, selon l’ambassadeur russe auprès de l’Union européenne, Vladimir Tchijov.

    «Il y a eu des situations dans lesquelles nous et l'UE — peut-être à leur surprise — nous trouvions d'un côté et les États-Unis, de l'autre», a déclaré Vladimir Tchijov dans un entretien au quotidien Izvestia.

    Tout d'abord, il s'agit, selon lui, de «notre travail conjoint afin de sauvegarder l'accord sur le nucléaire iranien et de nos efforts conjoints visant à le protéger contre les tentatives de le désavouer».

    Le diplomate a également signalé que la Russie et l'UE avaient fait montre de leur approche similaire des problèmes d'actualité internationale comme le climat et les règles du commerce multilatéral dans le monde.

    «En décembre, la 11e conférence ministérielle de l'OMC s'est tenue à Buenos Aires. La conférence n'a pas adopté de décisions révolutionnaires, mais sur un certain nombre de sujets les positions de la Russie et de l'UE se ressemblaient», a-t-il constaté.

    M. Tchijov a également attiré l'attention sur la réaction de la Russie et de l'UE à la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

    «L'aggravation de la situation au Proche-Orient, notamment les conséquences de la décision notoire du Président américain sur Jérusalem, en est un des plus récents exemples. Là-dessus, nous sommes d'un seul côté avec l'UE», a-t-il constaté.

    Il a cependant fait état des divergences concernant le dossier syrien.

    «Personne ne conteste l'importance de la lutte contre le terrorisme, et nous coopérons avec l'UE dans le domaine antiterroriste. Cependant, nos visions de la reconstruction d'après-guerre en Syrie ne coïncident pas», a souligné le diplomate.

    En outre, «le virus de l'hystérie antirusse qui a gagné les esprits aux États-Unis a franchi, par transmission aéroportée, l'océan Atlantique et s'est propagé dans certains pays de l'UE».

    «D'où des élucubrations fantastiques sur l'implication de la Russie dans les élections d'abord aux Pays-Bas, puis en France et en Allemagne», a dit Vladimir Tchijov.

    Le diplomate a été également interrogé sur les perspectives de la levée des sanctions antirusses par l'UE.

    «Je ne voudrais pas faire de prévisions ou de suppositions. C'est probable. Et l'année prochaine montrera à quel point cette probabilité est grande», a-t-il conclu. 

    Lire aussi:

    Diplomate russe: une inflexion dans la politique de l’UE envers Moscou
    Salzbourg, ou l’agonie de l’UE?
    L'OMC «trahit» l'UE et soutient Moscou
    Tags:
    levée des sanctions, Union européenne (UE), Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik