Ecoutez Radio Sputnik
    Tu-160

    Comment la Russie transforme ses avions militaires en avions civils supersoniques

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    Russie
    URL courte
    14470

    Le Tu-160 «Cygne blanc», bombardier stratégique russe unique en son genre, pourrait être transformé en modèle civil. En effet, lors de la rencontre avec les travailleurs de l'usine aéronautique de Kazan, le président russe Vladimir Poutine a proposé de songer à la conception d'un avion de ligne sur sa base.

    Avant cela, les cheikhs arabes, qui voulaient en faire un jet d'affaires hypersonique, s'étaient également intéressés au bombardier. Et bien qu'à première vue l'idée paraisse exotique, l'histoire de l'industrie aéronautique russe connaît plusieurs exemples de conversion réussie d'appareils militaires en avions civils, dont certains sont devenus de vraies légendes. Sélection.

    De l'«Ilia Mouromets» au Tu-104

    La transformation du Tu-160 en avion civil, si elle avait lieu, ne manquerait pas de précédents. En effet, le premier avion de ligne Ilia Mouromets était le frère jumeau du bombardier éponyme. Parmi les transformations les plus connues de la période d'avant-guerre on peut citer l'avion de propagande ANT-20 Maxim Gorki conçu sur la base du bombardier TB-4. L'appareil, gigantesque pour l'époque, pouvait accueillir à son bord 72 passagers et parcourir jusqu'à 1.000 km. Le Maxim Gorki s'est écrasé pendant un vol de démonstration en mai 1935. Le second et dernier exemplaire de l'ANT-20, baptisé ANT-20bis, a été construit en 1938. L'appareil a transporté des marchandises et des passagers jusqu'en 1942.

    ANT-20 Maxim Gorki
    © Sputnik . Ivan Shagin
    ANT-20 Maxim Gorki

    Le premier avion de ligne soviétique de grande série avec des «origines» militaires devait être le Tu-70, prévu pour 72 passagers. L'appareil, qui a décollé en 1946, a été conçu sur base du bombardier B-4 — une réplique soviétique de la «forteresse» américaine B-29. Et malgré le plan de transformer ainsi 70 avions, un seul l'a finalement été.

    Le célèbre bombardier stratégique Tu-95, version civile du Tu-114, a réussi à s'affirmer dans le secteur de l'aviation civile. 31 avions ont été construits au total. L'appareil a hérité de son prédécesseur le Tu-114 ses ailes, ses moteurs et son aileron arrière, ainsi que de certains défauts — avant tout la bruyance excessive des moteurs, atteignant 108-112 décibels. L'avion a effectué des vols réguliers entre 1961 et 1976, et au cours de cette période un seul Tu-114 s'est écrasé — à cause du facteur humain.

    Le premier avion de ligne soviétique, le Tu-104, est issu du bombardier Tu-16. Toutefois on devinait difficilement les traits de ce dernier dans le nouvel appareil. Contrairement au Tu-16 le Tu-104 est un avion à aile basse, la longueur de l'appareil a augmenté de 4 mètres et le diamètre du fuselage a été élargi jusqu'à 3,5 mètres. Le destin du Tu-104 n'a pas été sans encombres: il est entré dans l'histoire comme l'avion ayant connu le plus grand nombre d'accidents — 18% de tous les appareils construits se sont écrasés. Le Tu-104 a travaillé dans l'aviation civile jusqu'en 1979. Sa version réduite — l'avion moyen-courrier Tu-124 — a également été retirée du service à cette époque.

    Tu-104
    © Sputnik . B.Vdovenko
    Tu-104

    L'expérience étrangère la plus réussie de conversion d'un bombardier est le Boeing 307 Stratoliner conçu sur la base de la «forteresse volante» qu'était le B-17. Cet appareil qui a décollé en 1938 était le premier avion à cabine hermétique: il a ainsi ouvert une nouvelle ère dans l'aviation civile.

    Coup d'essai

    Comme nous pouvons le voir, les bombardiers ont joué un rôle notable dans le développement de l'aviation civile russe et mondiale. Aujourd'hui, le Tu-160 est déjà utilisé partiellement dans le secteur civil: les moteurs NK-32 conçus pour le «Cygne blanc» dans les années 1990 ont été installés sur le laboratoire volant Tu-144LL qui, dans le cadre du programme russo-américain conjoint de recherches de vol, a effectué plus de 20 vols. Mais s'il est encore possible de réaliser techniquement le projet d'un Tu-160 civil, les perspectives commerciales du nouvel appareil sont pour l'instant jugées incertaines par les experts.

    «Les représentants de Tupolev disaient que des cheikhs voulaient acheter le Tu-160, mais ces derniers ont leurs caprices, explique Oleg Panteleev, directeur de l'agence AviaPort. Cette solution n'aurait aucune efficacité économique en principe. Utiliser une structure avec une masse de décollage aussi colossale pour transporter quelques personnes revient à tirer sur une mouche au bazooka. Sachant que la vitesse de croisière pour laquelle est prévu l'avion n'est pas si élevée que ça pour économiser du temps de vol. Le régime supersonique du Tu-160 sert à franchir la défense antiaérienne de l'ennemi et n'assure par une grande autonomie.»

    Selon la plupart des experts interrogés, l'affaire se limitera très certainement à la construction de quelques exemplaires de Tu-160 civils car seulement des clients très aisés pourront se permettre un vol à bord d'un tel avion. Comme l'a déclaré Vladimir Poutine pendant sa rencontre avec les travailleurs à Kazan, il pourrait s'agir de grandes compagnies russes.

    «Aujourd'hui la demande de places en première classe et en jet d'affaires sur les lignes transatlantiques est très élevée, poursuit Oleg Panteleev. Il ne faut pas oublier que les «Concorde» desservaient parfaitement New York malgré le prix des billets. C'est pourquoi on travaille actuellement sur plusieurs projets d'avions supersoniques aujourd'hui autour du monde.»

    Tu-160
    © Sputnik . Maxim Bogodvid
    Tu-160

    Les Américains sont les plus proches de la construction d'un jet d'affaires supersonique. Le premier vol de l'avion Aerion AS2 développé par Aerion Corporation et Lockheed Martin est prévu pour 2023. On rapporte que l'appareil pourra transporter 12 passagers à une vitesse de 1,5 Ma (1.800 km/h). La conception d'un avion civil sur base du bombardier Tu-160 est donc considérée avant tout comme une possibilité pour l'industrie aéronautique russe de s'affirmer dans la future niche de l'aviation d'affaires supersonique.

    Lire aussi:

    Le Tu-160, l’avion le plus puissant dans l’histoire de l’aviation militaire
    La version remaniée du célèbre bombardier stratégique russe Tu-160 dans le ciel en 2018
    Pourquoi les analystes de l’Otan considéraient le Tu-22 comme une menace mortelle
    Tags:
    avions, Tu-160, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik