Ecoutez Radio Sputnik
    An-148

    Crash de l’avion russe: plus de 200 fragments de cadavres retrouvés

    © Sputnik. Vitaliy Ankov
    Russie
    URL courte
    Crash de l'An-148 dans la région de Moscou (21)
    6312

    Plus de 200 fragments de corps des victimes du crash de l’avion An-148 avec 71 personnes à bord ont été retrouvés sur le site de l’accident, rapporte le ministère russe des Situations d'urgence.

    Plus de 200 fragments de cadavres ont été retrouvés sur le site du crash de l'avion de ligne An-148 dans le district de Ramensky, dans la région de Moscou, a annoncé Sergueï Potetykin, chef du ministère russe des Situations d'urgence de la région de Moscou.

    «Actuellement, plus de 200 fragments de corps ont été retrouvés. Les recherches continuent, y compris depuis les airs. Le comité d'enquête survole la zone afin d'élargir le secteur de recherche»,a-t-il déclaré à la télévision russe.

    Un appareil de la compagnie Saratov, reliant Moscou à la ville d'Orsk (région d'Orenbourg), a disparu des écrans radar quelques minutes après son décollage de l'aéroport de Moscou-Domodedovo. Tout lien avec l'équipage a également été perdu, d'après l'Agence fédérale russe du transport aérien (Rosaviatsia). Ensuite, le ministère russe des Situations d'urgence a confirmé que l'avion avec 71 personnes à bord s'était écrasé dans la région de Ramenskoïe, près du village de Stepanovskoïe. Personne n'a survécu à l'accident.

    Une enquête pour violation des règles de sécurité lors des vols a été ouverte. Pour le moment, l'enquête n'écarte aucune version des causes du drame.

     

    Dossier:
    Crash de l'An-148 dans la région de Moscou (21)

    Lire aussi:

    Crash d'un An-148 dans la région de Moscou: pas de survivants
    Les premières images après le crash de l’An-148 près de Moscou
    Crash d'un An-148: des morceaux du fuselage et les dépouilles de deux victimes découverts
    Tags:
    corps humain, victimes, crash d'avion, An-148, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik