Russie
URL courte
Par
8238
S'abonner

Des flammes sur un horizon crépusculaire et l’ombre noire d’une «cathédrale» du gothique flamboyant de 30 mètres de haut qui est en proie à un incendie. Voilà comment a été respectée l’ancienne tradition slave de l’adieu à l’hiver dans un parc national russe. Sputnik a contacté un témoin de cet événement à couper le souffle.

Pour dire adieu à l'hiver et accueillir le printemps, selon une ancienne tradition russe, on brûle une effigie de la Dame Maslenitsa (semaine des crêpes, analogue de Mardi gras, ndlr) pendant les derniers jours de la semaine précédant le début du Carême de Pâques. Dans le parc national Nicolas-Lenivets, situé dans la région de Kalouga, cette année, on a détruit par le feu une grande «cathédrale» du gothique flamboyant en paille, dans le cadre d'une performance païenne annuelle. Un témoin de cet événement a raconté à Sputnik comment cela s'est passé.

Plusieurs centaines de personnes se sont rendues à Nicolas-Lenivets afin de contempler cet objet d'art d'envergure.

«Ce bâtiment, édifié en paille, était vraiment monumental. Il faisait une trentaine de mètres de haut, il était du style du gothique flamboyante», explique Daria à Sputnik.

Les spectateurs ont dû attendre ni plus ni moins quelques heures avant que le bâtiment ne s'embrase, raconte Daria, qui a observé la performance de ses propres yeux, avant de préciser:

«Les spectateurs ont retenu leur souffle en attendant que la construction géante ne s'embrase comme une allumette. C'est comme ça que brûlent les effigies de Maslenitsa.

Pourtant, ni après 10 minutes, ni après 20, ni après 30, le bâtiment n'était encore réduit en cendres.»

La nuit commençait à tomber quand la «cathédrale» s'est enfin écroulée. Afin d'anticiper ce moment, les organisateurs de l'événement ont mis en scène une performance artistique païenne qui a visiblement «choqué» ceux qui étaient là pour la première fois.

L'architecte de la «cathédrale», artiste russe Nicolaï Polysskï a confié qu'en réalisant son œuvre il voulait observer «la flamme qui créé, qui dessine des images dans le temps réel». C'est ce que doit faire l'art, a dit-il, repris par des médias russes.

Nikola-Lenivets
© Sputnik . Evgenia Novozhenina
Nikola-Lenivets

Lire aussi:

Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Cas de Covid-19 importés d’Algérie: «on donne le bâton pour se faire battre»
Certains gels hydro-alcooliques peuvent cacher un danger mortel
Macron a déjà contredit Castex sur le remaniement, moins de 48 heures après sa nomination
Tags:
paille, Nikola-Lenivets, Kalouga, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook