Ecoutez Radio Sputnik
    Alina Zagitova, Evguenia Medvedeva et leur entraîneur Etéri Toutbéridzé

    La guerre froide dans le sport? La médaillée des JO Medvedeva et sa coach à Sputnik

    © Sputnik . Alexandre Vilf
    Russie
    URL courte
    Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)
    3351

    Il n’y a pas eu de guerre froide dans le sport lors des Jeux olympiques à Pyeongchang malgré les tensions actuelles sur la scène internationale, a expliqué à Sputnik la Dame de fer du patinage russe Eteri Tutberdze. La preuve? Un organisateur de compétitions américain est venu la féliciter, en cachant dans sa poche un drapeau russe.

    Retrouvez plus d'articles sur les JO-2018 dans notre dossier spécial

    Le sport et la politique ne font pas bon ménage surtout lorsqu'il s'agit de compétitions de très haut niveau comme les Jeux olympiques qui se sont déroulés en Corée du Sud. Scandale de dopage, suspension de sportifs russes sur décision du CIO puis la participation sous bannière neutre: tout ceci laissait craindre une montée des tensions parmi les sportifs. Néanmoins, ce n'a pas été le cas, explique à Sputnik la Dame de fer du patinage russe, celle qui a formé les brillantes Yulia Lipnitskaya, Alina Zagitova et Evgenia Medvedeva, Eteri Tutberdze.

    «Vous savez, je n'ai ressenti aucune guerre froide ou une autre attitude à notre égard. Nous sommes restés les mêmes, les sportifs sont restés les mêmes et les juges aussi», a-t-elle affirmé répondant à une question de Sputnik lors d'une conférence de presse.

    Par ailleurs, Mme Tutberdze s'est souvenue d'un épisode d'une attitude de sportifs étrangers envers les russes.

    «Il y a eu un moment remarquable lors de la cérémonie de remise des médailles. Un organisateur de compétitions américain s'est approché de nous, nous a félicités et a montré quelque chose. Je n'ai pas tout de suite compris ce qu'il montrait. Puis, j'ai vu que dans sa veste, dans la poche de sa veste, il avait un drapeau russe», s'est-elle rappelée.

    La seule chose que l'entraîneur reproche aux Jeux olympiques de cette année, c'est l'uniforme que les sportifs russes ont été obligés de porter.

    «J'ai fait exprès de ne le mettre quasiment jamais. Avec cet uniforme, j'avais l'impression d'être une clocharde. Mais cette question n'est pas adressée aux organisateurs mais à ceux qui ont réalisé cet uniforme. Il n'y avait pas d'amour. Sérieusement, je ne me permets pas de m'habiller aussi mal», a-t-elle conclu avec une touche d'humour.

    De son côté, sa petite protégée qui a remporté la médaille d'argent, Evgenia Medvedeva, a confirmé les propos de son entraîneuse.

    «En ce qui concerne l'attitude des sportifs venus des autres pays, rien n'a changé. On nous reçoit de la même façon qu'on nous recevait aux autres étapes du Grand Prix ou du Championnat d'Europe. Rien n'a changé. Je pense que le patinage artistique réunit le monde et nous maintenons tous des relations amicales. Avec certains, nous communiquons un peu moins, avec les autres un peu plus […]. Ces moments rares où nous pouvons nous revoir et discuter sont très importants pour nous et nous les gardons longtemps en mémoire», a-t-elle expliqué à Sputnik.

    Alina Zagitova a obtenu la première médaille d'or pour la Russie aux Jeux olympiques de Pyeongchang devançant dans les compétitions de patinage artistique une autre Russe, Evgenia Medvedeva. Avec un score total de 239,57 points pour les programmes court et libre, Alina Zagitova a alors devancé de 1,31 point sa compatriote Evgenia Medvedeva (238,26 points). Au programme libre, les deux jeunes filles ont obtenu le même résultat (156,65).

    Dossier:
    Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)

    Lire aussi:

    Time: tout le monde savait d’où viendraient les nouvelles reines du patinage artistique
    La star russe de patinage artistique Alina Zagitova établit un record mondial aux JO
    Des pleurs olympiques: Medvedeva vit sa défaite
    Tags:
    compétition, sport, politique, guerre froide, JO 2018 de Pyeongchang, Alina Zagitova, Evgenia Medvedeva, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik