Ecoutez Radio Sputnik
    Le Kremlin de Moscou et le drapeau russe

    Kremlin: la Russie n’a pas l’intention de s’engager dans une course aux armements

    © Sputnik . Vladimir Vyatkin
    Russie
    URL courte
    9240

    La Russie n'a pas l'intention de s'engager dans une course aux armements, a déclaré aujourd'hui le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, ajoutant que les nouveaux armements développés en Russie garantiront la parité dans l’intérêt de la stabilité mondiale.

    Dmitri Peskov a rappelé les propos du Président russe d'après lesquels en 2004 et 2005 Moscou mettait en garde les États-Unis contre le déploiement du bouclier antimissile et avertissait que la Russie se verrait obligée d'agir pour rétablir la parité.

    «Ce dont le Président a parlé hier, c'est du maintien garanti de la parité stratégique, ce qui est nécessaire dans l'intérêt de la paix mondiale et de la stabilité. La Russie n'a l'intention de s'engager dans aucune course aux armements. Vladimir Poutine a déclaré, comme vous avez pu le savez, que la Russie ne répondrait pas de façon symétrique aux projets des États-Unis et au travail mené dans le domaine du déploiement du bouclier antimissile. Il avait commencé à en parler dès 2003-2005», a précisé Dmitri Peskov.

    Il a annoncé qu'en l'occurrence la réponse serait asymétrique.

    «Il s'agit d'une réponse asymétrique, du développement de systèmes de combat capables de neutraliser tout système de défense antimissile, de systèmes qui seront incommensurablement moins chers en termes de développement et de fabrication en série», a conclu le porte-parole du Président.

     

    Lire aussi:

    Ce cadeau de Cristiano Ronaldo aux Palestiniens pour le ramadan
    À Reims, une femme tombe au passage des policiers, BFMTV suspend l’image
    Arnold Schwarzenegger violemment frappé en Afrique du Sud (vidéo)
    Tags:
    course aux armements, bouclier antimissile, Kremlin, Dmitri Peskov, Vladimir Poutine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik