Russie
URL courte
4171
S'abonner

Il semble que, dans la capitale russe, le mois de mars ne soit une réalité que sur le calendrier. Depuis samedi soir, Moscou est recouverte d’un épais manteau de neige et ce n’est que le début, estiment les météorologues qui affirment que ces chutes de neige sont les plus abondantes depuis 68 ans.

D'importantes chutes de neige se sont abattues sur Moscou dans la nuit du 3 au 4 mars et ont paralysé la circulation dans toute la ville, rendant presque impossible le déplacement des voitures.

Après quelques semaines de grands froids, le cyclone qui s'est installé sur la capitale russe a apporté avec lui d'abondantes chutes de neige qui, selon les prévisions météorologiques, se poursuivront encore une journée. Selon les informations des météorologues reprises par des médias russes, elles devraient être les plus importantes qu'ait connues Moscou depuis 68 ans.

Les congères ont déjà atteint une cinquantaine centimètres et ne cessent de grandir. Les Moscovites inondent les réseaux sociaux avec de nombreuses photos qui en témoignent.

Le ministère russe des Situations d'urgence demandent aux automobilistes de réduire leur vitesse, le niveau d'alerte est actuellement en vigilance jaune.

Au moins 38 vols ont été déjà retardés, 17 annulés à Moscou, selon les dernières informations.

C'est le deuxième épisode neigeux d'importance que vit la capitale russe depuis le début de l'hiver et qui entraîne de nombreuses perturbations pour la vie de la cité.

Selon les météorologues, d'abondantes chutes de neige s'abattront sur la capitale russe également le 8 mars où est célébrée la Journée internationale des femmes.

Lire aussi:

«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Tags:
chute de neige, route, hiver, ville, neige, printemps, Moscou, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook