Russie
URL courte
Centenaire de la Révolution russe de 1917 (21)
3130
S'abonner

Il y a 100 ans, Moscou est redevenue la capitale russe. Pourquoi le gouvernement soviétique de l'époque a-t-il pris la décision de transférer la capitale de Saint-Pétersbourg? Il n'y a pas eu qu'une seule raison.

Privée du statut de capitale russe en 1712, Moscou a dû attendre deux siècles pour regagner ce statut dans des circonstances tourbillonnantes lorsque la jeune République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR) peinait à survivre face à l'avancée des forces allemandes et au mécontentement de sa propre population.

Dans la nuit du 10 mars 1918, les dirigeants bolcheviks quittèrent en toute discrétion l'institut Smolny et embarquèrent pour Moscou d'une gare de marchandises de Petrograd. Cinq jours plus tard, le IVe Congrès des Soviets a officiellement proclamé Moscou capitale de la RSFSR.

​Moscou en 1918

La version officielle de l'événement était fondée sur l'argument du danger militaire allemand: dans un appel signé le 11 mars, Léon Trotski soulignait que le Conseil des commissaires du peuple «ne saurait demeurer et travailler à deux jours de marche de l'armée allemande». Or, la vérité était beaucoup plus douloureuse pour les nouveaux maîtres du pays: plus que les troupes allemandes, c'était le prolétariat de Petrograd qui menaçait l'existence même de leur gouvernement.

Après avoir porté les bolcheviks au pouvoir en novembre 1917, la classe ouvrière de la capitale impériale resta cependant insoumise. L'anarchie qui régnait depuis février 1917 dans les rues, les casernes et les usines de Petrograd la rendait d'autant plus ingouvernable sur fond de grave crise alimentaire qui frappait la ville. En janvier 1918, la ration quotidienne de pain y tomba à 120 grammes. La pénurie de carburant menaçait l'industrie de la capitale: en décembre, certaines usines ne travaillaient que 10 jours sur 30, et le nombre de chômeurs a presque doublé entre décembre et janvier.

Moscou en 1918

Le 3 mars 1918, la Russie soviétique signa la paix avec l'Allemagne à Brest-Litovsk, écartant ainsi la menace de la perte de Petrograd aux forces ennemies. Cependant, les bolcheviks prirent bien des précautions en prévision d'une offensive allemande sur une ville dépourvue d'une défense militaire adéquate, procédant à l'évacuation totale de son industrie lourde et de ses réserves en matières premières. Ils renoncèrent toutefois à l'idée de vider Petrograd de «toute la population masculine en bonne santé» faute de wagons disponibles.

Certains des collaborateurs de Lénine et Trotski craignaient que leur fuite de Petrograd ne soit interprétée comme un signe de faiblesse. Or, dès que les dirigeants soviétiques s'installèrent entre les murs du Kremlin, la puissance charismatique de la vieille capitale s'étendit sur eux comme par miracle. Même pour leurs adversaires politiques, le transfert de la capitale à Moscou achevait le processus de l'«approfondissement» de la révolution et de l'enracinement national de leur pouvoir.

«La nouvelle et jeune Russie s'éveille à l'endroit même où la vieille Russie éleva jadis sa puissance. La continuité de notre État est assurée», écrivait le journal Izvestia.

Selon certains rapports relatés par les médias à l'époque, les bolcheviks pétrogradois eurent l'intention fin mars 1918 de rendre à leur ville son nom historique et de la rebaptiser Pétersbourg. Pourtant, il a fallu attendre plus de 70 ans pour que ce projet soit réalisé par un pouvoir tout différent.

Dossier:
Centenaire de la Révolution russe de 1917 (21)

Lire aussi:

Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un syndicat de police s’amuse d’une intervention violente et outre les internautes – vidéo
Départ de sept nouveaux députés de LREM à l'Assemblée pour rejoindre un 10e groupe
Tags:
capitale, transfert, bolcheviks, Première Guerre mondiale, Révolution russe de 1917, Russie, Moscou
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook