Ecoutez Radio Sputnik
    Ramzan Kadyrov

    Kadyrov: Skripal, un nouveau «sacrifice rituel» de l’Occident avant l’élection russe

    © Sputnik . Said Tsarnaev
    Russie
    URL courte
    Affaire Skripal (120)
    351155

    En accusant la Russie d’être impliquée dans l’affaire Skripal, les pays occidentaux suivent un «sentier battu», a déclaré Ramzan Kadyrov. Le chef de la république de Tchétchénie a appelé à mener une enquête «conjointe et transparente».

    L'empoisonnement de l'ancien agent de renseignement russe Sergueï Skripal s'inscrit dans le cadre de la campagne russophobe menée par les pays de l'Ouest, estime le chef de la république de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, qui a qualifié les accusations de Londres à l'égard de la Russie d'«absurdes et infondées».

    «Il n'y a aucun doute. Ils cherchaient n'importe quelle possibilité avant l'élection [présidentielle russe, ndlr] pour faire un buzz négatif lié à la Russie et à ses autorités», a déclaré M. Kadyrov.

    En rappelant les affaires d'Alexandre Litvinenko et de Boris Berezovsky, il a indiqué que cette fois-ci les services secrets occidentaux ont choisi un «sentier battu».

    «Ils ont régulièrement besoin de sacrifices rituels pour maintenir dans l'esprit de la population occidentale une image faussée de la Russie», a martelé le chef de la Tchétchénie.

    Selon lui, en se vantant d'un niveau de sécurité élevé, Londres abandonne en fait ceux qui, séduits par le mythe du paradis britannique et de son oasis de sécurité, arrivent au Royaume-Uni.

    M. Kadyrov a souligné qu'une enquête conjointe et transparente sur l'incident et la renonciation aux sanctions et aux déclarations inamicales à l'égard de la Russie sont nécessaires. Il a également indiqué que l'implication d'une tierce partie, intéressée par l'aggravation des relations russo-britanniques, n'était pas exclue.

    Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury, une petite ville à 150 km de Londres, puis ont été hospitalisés. Le 7 mars, Scotland Yard a confirmé que Skripal et sa fille avaient été exposés à un agent neurotoxique.

    Dossier:
    Affaire Skripal (120)

    Lire aussi:

    Finalement «prêt»: Londres donnera à Moscou un accès aux enquêtes sur Skripal et Glouchkov
    «Cirque en plein Parlement britannique»: Moscou réagit à la déclaration de May sur Skripal
    Au service secret de Sa Majesté: que faisait un ex-agent russe au Royaume-Uni?
    Tags:
    empoisonnement, élection présidentielle, Présidentielle russe 2018, Sergueï Skripal, Ramzan Kadyrov, Tchétchénie, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik