Ecoutez Radio Sputnik
    Journaux

    La présidentielle russe a-t-elle satisfait les attentes des médias occidentaux?

    © Sputnik . Maria Balareva
    Russie
    URL courte
    Présidentielle 2018 en Russie (110)
    23293

    Alors que les élections présidentielles russes se sont déroulées dimanche dernier, la presse étrangère se penche sur l’éventail des questions essentielles concernant cet événement et discutent même des objectifs prioritaires que le chef de l’État russe devrait se fixer pour les prochaines années.

    La question du taux de participation au vote de la présidentielle russe a, apparemment, suscité l'intérêt de nombreux médias occidentaux qui, au jour du lendemain des élections russes, y consacrent beaucoup d'articles.

    «Le taux de participation était la plus grande question […]. Alors que les sondages indépendants montraient que la majorité des Russie continuaient à soutenir Poutine en tant que Président, le manque de suspens ou de popularité des candidats d'opposition laissaient craindre que les gens resteraient chez eux», peut-on lire dans The Washington Post.

    Cependant, d'après Le Parisien, la participation «dans le pays qui compte pas moins de 11 fuseaux horaires», «grâce notamment aux efforts des autorités, s'est élevée à 67,49 %», alors qu'en 2012 le taux de participation était de 65,34%.

    Le Wall Street Journal estime que «la politique extérieure de Poutine, conjuguée aux efforts pour reconstruire les forces armées de Russie, est une tentative faite pour renforcer les positions du pays sur la scène internationale. Cette campagne lui a permis de devenir extrêmement populaire auprès de son peuple».

    Ainsi, la plupart des médias ont remarqué la hausse évidente du taux de participation au vote présidentiel russe de 2018 par rapport aux consultations précédentes.

    Retrouvez plus d'articles sur l'élection présidentielle en Russie dans notre dossier spécial

    Des médias occidentaux s'interrogent sur les objectifs que Vladimir Poutine se fixera pour les six prochaines années. Selon le quotidien espagnol Vanguardia, au cours de son nouveau mandat, le Président réélu aura à atteindre plusieurs objectifs, tels que relever l'économie après la crise, combattre la pauvreté et réduire les tensions avec les pays occidentaux. Des experts du quotidien espagnol estiment qu'il faudrait aussi accorder beaucoup d'importance «au nom du successeur, parce qu'il est probable que l'année 2024 sera la dernière que Poutine passera au pouvoir».

    D'après le quotidien allemand Suddeutsche Zeitung, «les élections ont eu lieu en pleine période de crise avec l'Occident», provoquée par l'affaire Skripal et, par voie de conséquence, l'expulsion de 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

    La présidentielle russe s'est tenue le 18 mars 2018 dans les 85 entités fédérales de Russie et dans 401 bureaux de vote à l'étranger. Plus de 100 millions de personnes étaient appelées aux urnes. Cette année, les deux nouvelles régions du pays, la Crimée et Sébastopol, rattachées à la Russie suite au référendum de 2014, ont également participé à l'élection.

    Ayant dépouillé 99,84% des votes, la Commission électorale centrale affirme que Vladimir Poutine, candidat indépendant, a été réélu avec 76,69% des voix. Le taux de participation s'élève à 67,98%.

    Dossier:
    Présidentielle 2018 en Russie (110)

    Lire aussi:

    Macron et Poutine s’entretiennent au téléphone au lendemain de la présidentielle russe
    Présidentielle russe: comment ont voté les militaires en Syrie?
    Vladimir Poutine désigne les priorités de son 4e mandat
    Tags:
    médias, Vladimir Poutine, Occident, France, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik