Ecoutez Radio Sputnik
    Le Kremlin

    Le Kremlin dément: Skripal n’a pas demandé à Poutine de rentrer en Russie

    © Sputnik .
    Russie
    URL courte
    Affaire Skripal (127)
    6260

    Alors que des médias mainstream ont diffusé des informations prétendant que Sergueï Skripal aurait écrit une lettre à Vladimir Poutine pour lui demander de revenir en Russie, Dmitri Peskov, le porte-parole du Président russe, a démenti ces publications.

    Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, a démenti le fait que l'ex-agent double Sergueï Skripal, condamné en Russie à 13 ans de prison pour trahison et ayant obtenu l'asile au Royaume-Uni, avait écrit une lettre à Vladimir Poutine pour lui demander pardon et le laisser rentrer en Russie.

    «Non. Ce n'est pas le cas», a-t-il répondu, commentant les articles parus récemment dans certains médias mainstream.

    Vladimir Poutine a auparavant déclaré que les accusations portées contre la Russie dans le cadre de l'affaire Skripal étaient dénuées de sens: «Je pense que toute personne de bon sens comprend que c'est un délire, un non-sens de croire que quelqu'un en Russie pourrait se permettre de tels actes à la veille de la présidentielle et du Mondial de football. C'est impensable».

    Les accusations d'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia ont été portées contre Moscou par Londres il y a une semaine. La Première ministre britannique Theresa May a affirmé que Moscou était impliqué dans cette affaire, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

    Moscou a qualifié ces accusations gratuites de «cirque» avant d'expulser à son tour 23 diplomates britanniques.

    Sergueï Skripal, un ancien colonel des services de renseignement militaires russes, ainsi que sa fille ont été retrouvés inconscients le 4 mars 2018 aux abords d'un centre commercial de Salisbury, au Royaume-Uni. Recruté comme agent double par les services britanniques en 1995 et condamné en Russie à 13 ans de prison pour trahison, M. Skripal a obtenu l'asile au Royaume-Uni en 2010 après un échange d'agents de renseignement entre la Russie et les États-Unis.

    Dossier:
    Affaire Skripal (127)

    Lire aussi:

    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Emmanuel Macron s’enfonce toujours plus dans les sondages
    Sentinelle, drones, LBD... L'acte 19 des Gilets jaunes sous étroite surveillance à Paris
    Tags:
    médias mainstream, empoisonnement, démenti, lettre, Dmitri Peskov, Vladimir Poutine, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik