Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    Syrie: la Russie répondra aux menaces à la vie de ses militaires, selon un sénateur russe

    © Sputnik . Sergei Malgavko
    Russie
    URL courte
    14983

    Les bases militaires russes de Hmeimim et de Tartous, ainsi que les militaires russes déployés en Syrie sont bien protégés contre les frappes éventuelles des États-Unis en représailles à l’attaque chimique présumée à Douma, selon le sénateur russe Evgueni Serebrennikov qui a parlé à Sputnik.

    Le premier vice-président du comité de la défense à la chambre haute du parlement russe, Evgueni Serebrennikov a déclaré à Sputnik que la réponse de la Russie serait immédiate si la vie des militaires russes déployés en Syrie se trouvait menacée par les frappes aériennes des États-Unis.

    «Comme l'ont déjà indiqué les dirigeants du ministère de la Défense, les bases militaires russes à Hmeimim et à Tartous sont sérieusement protégées. Ainsi nous estimons qu'en cas de frappe des États-Unis, si elles ont lieu, la vie de nos militaires ne sera pas menacée. Je pense que les États-Unis le comprennent et ne commettront pas une telle chose, sinon la réponse de la Russie sera alors immédiate, comme l'a dit le chef de l'état-major général russe,», a déclaré M.Serebrennikov.

    Donald Trump a annoncé lundi 9 avril que des «décisions majeures» des États-Unis en réponse à l'attaque chimique présumée dans la ville syrienne de Douma seraient prises dans les 24/48 heures. Il a promis de punir les coupables, sans exclure la responsabilité de Vladimir Poutine.

    «Nous avons beaucoup d'options, notamment militaires. Nous vous mettrons au courant très prochainement. Peut-être après coup», a-t-il précisé.

    Lire aussi:

    Netanyahu évalue la possibilité d’une frappe américaine contre la Syrie
    Trump promet de «très bonnes réponses» sur la Syrie
    Frappes US en Syrie: une étincelle suffit à faire sauter la région, selon Ankara
    Tags:
    frappe aérienne, réponse, Evgueni Serebrennikov
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik