Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministère russe des Affaires étrangères

    Le ministère russe des Affaires étrangères évacué en raison d'une alerte à la bombe

    © AP Photo / Dmitry Lovetsky
    Russie
    URL courte
    6439

    Une alerte à la bombe a provoqué jeudi soir l'évacuation du ministère russe des Affaires étrangères situé en plein centre de Moscou. Selon des médias, plus de 40 personnes ont quitté le bâtiment. Aucune bombe n'y a été découverte.

    Les employés du ministère russe des Affaires étrangères ont été évacués à Moscou en raison d'une alerte à la bombe, a appris Sputnik auprès des services d'urgence de la capitale russe.

    «44 personnes ont été évacuées du bâtiment abritant le ministère des Affaires étrangères et situé place Smolenskaïa-Sennaïa, à Moscou, après une alerte à la bombe anonyme», annoncent des médias russes.

    ​Plusieurs voitures de police et de sauveteurs se trouvent près du ministère. L'entrée du bâtiment est bouclée par la police.

    Une source au ministère a confirmé à Sputnik qu'un appel anonyme avait été reçu.

    «Selon nos informations, l'alerte concerne le bâtiment numéro 1», un édifice de sept étages situé à droite du célèbre gratte-ciel, a-t-il indiqué.

    Les équipes cynophiles n'ont pas découvert de traces d'explosifs au siège du ministère, d'après les secouristes.

    Au total, plus de 2,6 millions de personnes ont été évacuées de 4.000 sites situés dans 215 villes russes, y compris à Moscou, depuis le début d'une vague de fausses alertes à la bombe en Russie le 11 septembre 2017. Tous les bâtiments cités dans les messages ont été inspectés de fond en comble.

    Lire aussi:

    130.000 personnes évacuées en Russie en deux jours suite à de fausses alertes à la bombe
    Moscou: plus de 20.000 personnes évacuées suite à plusieurs alertes à la bombe
    Alerte à la bombe chez Facebook: le siège de la Silicon Valley évacué (vidéo)
    Tags:
    alerte à la bombe, évacuation, ministère russe des Affaires étrangères, Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik