Russie
URL courte
141045
S'abonner

L'acteur français Gérard Depardieu a déclaré qu'il aimait venir en Russie parce qu'il y rencontrait à chaque fois des gens très intéressants et parce qu'il s'était lancé dans le secteur des produits alimentaires.

Le monstre sacré du cinéma Gérard Depardieu a acquis la nationalité russe en janvier 2013. Il vient souvent à Moscou et mercredi, il est intervenu devant le public au palais du Kremlin lors d'une soirée multimédia consacrée au 80e anniversaire de naissance de Vladimir Vyssotski, auteur-compositeur-interprète et acteur de théâtre et de cinéma soviétique.

Lors d'une conférence de presse accordée ce jeudi, l'acteur français a avoué qu'il ne parlait pas encore russe, mais qu'il apprenait la langue de Pouchkine. Il a constaté que Moscou était une ville en plein changement et qu'il était toujours très enthousiasmé de venir en Russie parce qu'il y rencontrait des gens intéressants.

À l'heure actuelle, Gérard Depardieu s'est lancé dans le secteur des produits alimentaires en Russie. Il cherche notamment dans le pays des fabricants de produits naturels et des cuisiniers et connaisseurs de la cuisine russe. Ainsi, il sera désormais possible de trouver sur le marché russe des produits de marque au nom de l'acteur, notamment de la vodka qui sera produite en Biélorussie et dont la recette a été élaborée avec la participation de Gérard Depardieu.

Aux participants à la conférence de presse qui ont remarqué qu'il était en forme, l'acteur a indiqué qu'il ne suivait aucun régime, mais qu'il privilégiait les produits sains, ne mangeait rien le soir et aimait boire un coup. Rarement, mais beaucoup, a-t-il précisé.

Lire aussi:

«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Plusieurs explosions entendues à Minsk
Premier mort lors des manifestations à Minsk
Tags:
conférence de presse, soirée, vodka, produits alimentaires, Alexandre Pouchkine, Vladimir Vyssotski, Gérard Depardieu, Moscou, Biélorussie, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook