Ecoutez Radio Sputnik
    Hélène Carrère d'Encausse

    «Les sanctions contre la Russie n'apportent rien»

    © Sputnik . Vladimir Trefilov
    Russie
    URL courte
    24942

    Après les bombardements de Belgrade, devenus un tournant pour Poutine, «son but était simple: la Russie ne devrait jamais plus être négligée», explique Hélène Carrère d’Encausse, selon laquelle Poutine «aime son pays et fait ce qu'il pense juste pour sauvegarder son intégrité et le protéger».

    C'est l'attitude dédaigneuse de l'Occident envers la Russie dans les années 1990 qui a été un tournant pour Vladimir Poutine, et notamment les bombardements de Belgrade par l'Otan, a indiqué dans une interview au quotidien suisse Basler Zeitung le secrétaire perpétuel à l'Académie française Hélène Carrère d'Encausse.

    Selon elle, la Russie a sombré dans le chaos pendant cette période, c'était un pays en désintégration. La Russie était ignorée par l'Occident à cette époque, rappelle l'experte.

    «La Russie avait hérité en 1991 du siège permanent de l'Union soviétique au Conseil de sécurité de l'Onu. Lorsque l'Otan a décidé de bombarder Belgrade, elle aurait dû appeler le Conseil de sécurité. Les pays de l'Otan y ont renoncé, ce qui a été un point tournant pour Poutine <…>. Ils voulaient montrer à la Russie à quel point c'était sans importance, a-t-il dit une fois. Un peu plus tard, il est devenu Premier ministre puis Président. Son but était simple: la Russie ne devrait jamais plus être négligée.»

    Vladimir Poutine est convaincu que la Russie est une grande puissance, souligne Mme d'Encausse. Quand il est arrivé au pouvoir, il voulait arrêter l'effondrement du pays et construire un État central fort, qui est d'ailleurs une constante de l'histoire russe. La Russie compte 100 peuples. Il ne fait aucun doute qu'il a besoin d'un gouvernement fort, poursuit-elle.

    «J'essaie juste de le juger équitablement», souligne l'historienne. «Il aime son pays et fait ce qu'il pense juste pour sauvegarder son intégrité et le protéger.»

    Elle recommande à l'Occident de s'asseoir avec Poutine à une table de négociations et peser honnêtement leurs intérêts. «Poutine n'est pas une personne irrationnelle, vous pouvez lui parler. Les sanctions n'apportent rien à l'Occident, au contraire: vous perdez un partenaire qui peut être utile dans d'autres domaines. Et les sanctions obligent les Russes à réformer leur économie. Au final, la Russie pourrait même sortir renforcée de la crise.»

    Lire aussi:

    Who is Mr. Putin: retour sur 17 ans de politique du dirigeant russe
    Héléna Perroud: «c’est à Macron d’être à la hauteur de ce rendez-vous avec la Russie»
    Poutine dévoile «la plus grande erreur» de la Russie dans ses relations avec l'Occident
    Tags:
    histoire, Hélène Carrère d’Encausse, Vladimir Poutine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik