Ecoutez Radio Sputnik
    Sous-marin russe Kambala

    Un sous-marin russe naufragé en 1909 retrouvé au large de la Crimée

    CC0 / Romanov family / The Imperial Russian submarine «Kambala» enter port in the Southern bay of Sevastopol.
    Russie
    URL courte
    1262

    L'épave d'un sous-marin russe qui a coulé il y a plus d'un siècle lors de manœuvres militaires a été localisée à proximité de la ville de Sébastopol, sur le littoral de la mer Noire.

    Une expédition conjointe de la Société russe de géographie, de l'Université de Sébastopol et de l'École supérieure navale Nakhimov est parvenue dimanche à localiser l'épave du sous-marin russe Kambala qui avait fait naufrage en 1909, a annoncé à Sputnik Viktor Lebedinski de l'Institut des études orientales.

    Le bâtiment a coulé le 29 mai 1909 au cours d'exercices de la flotte de la mer Noire, lorsqu'il est entré en collision avec le cuirassé Rostislav. Coupé en deux, le submersible a coulé à une profondeur de plus de 60 mètres, faisant 20 morts, dont trois officiers et 17 marins, rappelle le chercheur. Il s'agissait de la première catastrophe majeure dans l'histoire de la flotte sous-marine russe qui a bouleversé la société à l'époque.

    Durant l'été 1909, la partie avant du sous-marin avait été remontée à la surface avec les corps de 15 marins retrouvés à l'intérieur. Les débris de l'appareil ont été utilisés pour construire un monument sur leur tombe commune dans le cimetière militaire de Sébastopol.

    Selon M.Lebedinski, les chercheurs se préparent actuellement à étudier l'épave à l'aide de robots.

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    Une quarantaine de morts lors de l'attaque de deux villages au Mali
    Tags:
    Société géographique de Russie, épave, naufrage, sous-marins, Flotte russe de la mer Noire, mer Noire, Sébastopol, Crimée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik