Ecoutez Radio Sputnik
    Ruban Saint-Georges

    Le Jour de la Victoire en Russie en six points clés

    © Sputnik . Grigory Sysoev
    Russie
    URL courte
    5350

    Exercice de mémoire populaire, jour de commémoration, fête avec des larmes aux yeux… Le Jour de la Victoire a une dimension toute particulière en Russie et qui peut provoquer un brin d’incompréhension au-delà de ses frontières. À la veille du 9 mai, Sputnik a cherché à mieux faire comprendre la signification de cette date.

    Les célébrations du Jour de la Victoire ont traditionnellement une ampleur inédite en Russie. Plus de 24,5 millions de personnes ont participé en 2017 aux festivités organisées à cette occasion à travers le pays, selon le ministère de l'Intérieur. Près de 80% des Russes comptent faire de même cette année aussi, indique un récent sondage réalisé par le fond Opinion publique. À la veille du 9 mai, Sputnik a cherché à mieux faire comprendre la signification de cette fête pour les Russes.

    8 mai ou 9 mai?

    Si les Européens, dont les Français, commémorent la fin des combats contre l'Allemagne nazie le 8 mai, la Russie de Kaliningrad à l'Extrême-Orient organise les célébrations le jour suivant. En cause, le décalage horaire. La capitulation allemande a été signée à Berlin le 8 mai 1945 peu avant minuit (à 23h01 exactement). À l'heure de Moscou, c'était déjà le 9 mai. Joseph Staline a donc imposé cette date pour commémorer la victoire.

    Grande Guerre patriotique

    Tous les ans depuis 1945, c'est la victoire dans la Grande Guerre patriotique que la Russie commémore. Ce terme désigne le conflit qui a opposé l'Allemagne et ses alliés à l'URSS entre le 22 juin 1941 et le 9 mai 1945 tandis que la Seconde Guerre mondiale, rappelons-le, avait débuté près de deux ans plus tôt, le 1er septembre 1939.
    Au-delà des dates, ces trois mots revêtent aussi une symbolique toute particulière pour les Russes, renvoyant au soulèvement des peuples de l'URSS qui ont fait front commun face à l'ennemi.

    42.000.000 de morts

    Un chiffre suffit pour comprendre pourquoi 73 ans plus tard le 9 mai conserve toujours cette dimension pour les Russes. 42.000.000 de morts. Voici le bilan exorbitant de quatre ans de la Grande Guerre patriotique pour l'URSS. Ravagé par le sanglant conflit, le pays déplore 19 millions de victimes militaires et 23 millions de victimes civiles, selon les données révisées à la base des archives soviétiques rendues publiques en 2017. «Il n'y a pas en Russie de famille qui ne garde pas la mémoire de son héros», dit une chanson de guerre. Il n'y a pas eu de porte à laquelle le malheur n'a pas frappé.

    Défilé de la victoire

    Le 9 mai en Russie est l'occasion d'un grand défilé militaire. Partie intégrante de cette fête, l'événement est organisé à travers le pays en mémoire du tout premier défilé de la victoire tenu le 24 juin 1945 sur la place Rouge sous le commandement du maréchal Joukov. Cette tradition est pourtant tombée en désuétude en 1991 avec la chute de l'URSS pour renaître 1995 à l'occasion du 50e anniversaire de la victoire. Le défilé le plus important a été organisé le 9 mai 2017 sur la place Rouge. Il a impliqué 16.000 militaires, dont 700 venant de 10 pays étrangers, ainsi que 194 unités de matériel militaire et 140 avions et hélicoptères.

    Ruban Saint-Georges, symbole de la fête

    Rayé d'orange et de noir, union de flamme et de fumée, le ruban Saint-Georges est en Russie un symbole du Jour de la Victoire, tout comme le coquelicot rouge l'est en Europe. À l'approche de la fête, ces rubans sont distribués dans les rues de près de 90 pays du globe.

    La première édition de l'action Ruban de Saint-Georges a été organisée en 2005. Depuis, arborer un ruban à la veille du 9 mai est devenu une tradition. L'action a connu une participation record en 2015: 85 régions de Russie et 76 pays étrangers. Le ruban reprend les couleurs de l'Ordre impérial et militaire de Saint-Georges (initialement aux rayures noires et jaunes et, depuis 1913, aux rayures noires et oranges) institué par Catherine II.

    Régiment immortel

    L’action Régiment immortel dans différents pays
    © Sputnik . Danilo Garcia di Meo
    Cette tradition est toute jeune, mais son succès est déjà éclatant. L'action née en Russie en 2012 et visant à rendre hommage aux combattants ayant participé à la victoire sur le nazisme devient chaque année plus massive. Brandissant des photos de leurs parents ayant participé à la Grande Guerre patriotique, des centaines de milliers de personnes défilent à l'approche du Jour de la Victoire et le 9 mai dans les villes russes et à l'étranger. Si en 2016 la marche du Régiment immortel a eu lieu dans 44 pays, en 2017 elle s'est tenue dans plus de 70 pays. Brandissant des photos de leurs parents ayant participé à la Grande Guerre patriotique, 7,8 millions de personnes ont défilé à cette occasion dans les villes russes et à l'étranger.

    Lire aussi:

    Des rubans de Saint-Georges pour les habitants d’Alep
    En 2017, le ruban de Saint-Georges sera arboré dans près de 90 pays
    Des militaires syriens arborent des rubans de Saint-Georges, symboles de la Victoire
    Tags:
    ruban de Saint-Georges, Régiment immortel, Jour de la Victoire, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik