Ecoutez Radio Sputnik
    Logo de Rosatom

    Le géant russe Rosatom aidera à créer une «pile nucléaire» pour les appareils spatiaux

    © Sputnik . Eugeny Biyatov
    Russie
    URL courte
    3190
    S'abonner

    Un prototype russe de pile bêtavoltaïque sur la base du tritium et destinée à assurer un ravitaillement ininterrompu pendant de longues années des systèmes vitaux des appareils spatiaux sera développé et testé d’ici fin 2019 avec la participation du groupe Rosatom, selon son concepteur, l’Institut de recherche en matériaux inorganiques.

    Les spécialistes de l'Institut de recherche en matériaux inorganiques Botchvar, qui fait partie du groupe Rosatom, développent de concert avec plusieurs autres structures une source d'alimentation bêtavoltaïque sur la base du tritium dans le cadre du programme de substitution des importations.

    Selon Alekseï Lizounov, chef d'un département de l'Institut Botchvar, cette pile sera utilisée pour les systèmes demandant «une alimentation ininterrompue et stable pendant de nombreuses années».

    M.Lizounov a signalé que le tritium convenait le mieux à cette fin: bien qu'il soit un isotope artificiel et soit produit dans les réacteurs nucléaires, il est relativement peu cher et accessible.

    En 2017, Roskosmos avait organisé un appel d'offre pour le développement d'une pile compacte sur la base du tritium en vue de remplacer certaines sources d'alimentation importées en Russie. L'appel d'offre avait été remporté par la société Électronique d'aviation et systèmes de communication.

    Les chercheurs de l'Institut Botchvar sont responsables du développement de la composante «tritium» de la source d'alimentation. L'avantage de cet isotope pour les piles de ce genre consiste dans le fait qu'il est suffisamment radioactif (sa période radioactive dure 12,3 ans), mais son rayonnement bêta est très doux et ne détruit pas la structure des semi-conducteurs, ce qui assurera le fonctionnement de la pile pendant 15 ans.

    «Aux termes du contrat, notre institut a deux ans pour développer l'élément tritium. Au cours de ces deux ans, il nous faudra développer un analogue des sources d'énergie étrangères dont plusieurs caractéristiques doivent être supérieures à celles des piles étrangères», a détaillé Alekseï Lizounov. 

    Tags:
    substitution aux importations, alimentation, Rosatom
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik