Ecoutez Radio Sputnik
    Des fans de foot au Mondial 2018 à Moscou

    Les services secrets russes n’ont pas laissé participer au Mondial 3.000 étrangers

    © Sputnik . Kirill Kallinikov
    Russie
    URL courte
    7440

    Plus de trois mille ressortissants étrangers, précédemment condamnés pour violation de l’ordre public dans les stades, se sont vu refuser le droit d’entrer sur le territoire russe pour assister aux matchs du Mondial, selon le ministre russe de l'Intérieur.

    Les services de renseignement russes n'ont pas autorisé plus de trois mille étrangers à entrer sur le territoire de la Fédération de Russie. Ils n'ont pas pu participer au Mondial 2018 en raison de condamnations pénales pour troubles à l'ordre public lors d'événements sportifs, selon Vladimir Kolokoltsev, le ministre russe de l'Intérieur. Il a fait état de ce chiffre lors d'une réunion de Vladimir Poutine avec le gouvernement.

    «Grâce à la coopération avec nos collègues étrangers et les échanges d'informations, trois mille ressortissants étrangers, condamnés pour certaines infractions commises dans des infrastructures sportives, ont été interdits d'entrée sur le territoire russe. Ils n'ont pas pu venir ici, ce qui a eu un impact positif sur la sécurité lors de l'organisation de cet événement», a souligné le ministre.

    Le Mondial 2018 s'est déroulé du 14 juin au 15 juillet dans 12 stades de 11 villes russes: Moscou, Kaliningrad, Saint-Pétersbourg, Volgograd, Kazan, Nijni Novgorod, Samara, Saransk, Rostov-sur-le-Don, Sotchi et Ekaterinbourg. C'était la première Coupe du Monde en Europe de l'Est et le premier tournoi international de ce niveau organisé à la fois en Europe et en Asie.

    Lire aussi:

    Profitez de la vidéo officielle du Mondial 2018!
    La date de l’inspection finale des stades russes du Mondial 2018 est connue
    Mondial 2018: le Kremlin promet la meilleure Coupe du Monde «jamais organisée sur Terre»
    Tags:
    condamnation, visas, frontière, étrangers, ministre, services secrets, Mondial 2018, Vladimir Poutine, Vladimir Kolokoltsev
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik