Ecoutez Radio Sputnik
    Un couteau

    Traitées comme des «esclaves», ces 3 sœurs tuent leur père de quelque 40 coups de couteau

    CC BY 2.0 / Maarten Van Damme
    Russie
    URL courte
    7113

    Dans la capitale russe, trois sœurs ont poignardé à mort leur père qui les avait battues et traitées comme des esclaves, a appris Sputnik d'une source au sein de la commission de surveillance publique. Elles ont plaidé coupables. Au total, l'homme de 57 ans a reçu à peu près une quarantaine de coups de couteau, dont un dans le cœur.

    Un homme a été retrouvé mort vendredi dernier dans le nord de Moscou, dans la cage d'escalier près de son appartement, tué de plus de 30 coups de couteau par ses trois filles. Les filles ont été arrêtées le lendemain et, lors de l'audition, ont plaidé coupables et expliqué que leur père, Mikhaïl Khatchaturian âgé de 57 ans, leur infligeait des «souffrances morales» depuis longtemps.

    Les sœurs, Kristina, Angelina et Maria, 19, 18 et 17 ans, se sont plaintes de violences systématiques: elles n'allaient souvent pas à l'école à cause des blessures, a déclaré à Sputnik le secrétaire responsable de la commission de surveillance publique, Ivan Melnikov.

    Les sœurs Khatchaturian: Kristina (gauche), Maria (centre) et Angelina (droite)

    Dans leur appartement, tout un arsenal d'armes a été retrouvé dont un fusil, un pistolet, un couteau et une batte que le père menaçait d'utiliser contre ses filles:

    «Elles racontent que l'homme les battait régulièrement. Les blessures et hématomes sur les visages ne leur permettaient pas d'aller à l'école. En outre, le père les menaçait constamment, selon leurs dires. Il y a quelques années, la mère des filles a fui la maison en raison de menaces de cette sorte, après quoi l'homme a de facto forcé les filles à être ses esclaves. L'une d'elles devait toujours être près de lui pour le servir», a-t-il indiqué.

    Images du lieu de l'incident

    «Nous le haïssions et ne voulions qu'une seule chose — soit qu'il disparaisse soit que nous ne l'ayons jamais connu», a déclaré à la police Kristina. «Nous voulions tout simplement qu'il parte et ne revienne jamais».

    Les enquêteurs doivent encore déterminer si l'individu gardait ses armes légalement. Des agents de police et d'organismes de tutelle ont tenté plusieurs fois d'accéder à leur appartement, mais l'homme ne leur a jamais permis d'entrer, a ajouté M.Melnikov.

    «L'enquête a établi que la plus jeune, en dernière année à l'école, a blessé l'homme dans le cou et sur le corps d'au moins 35 coups de couteau, tandis que les deux autres filles l'ont blessé à la tête et aspergeaient son visage avec du spray au poivre. Ensuite, l'une des filles ainées a pris le couteau des mains de sa sœur et a porté un coup dans le cœur du père», a précisé une source au sein des forces de l'ordre.

    Selon la source, la plus jeune fille a ensuite appelé la police. Comme les filles ont dit, le père les a attaquées et elles ont été obligées de se défendre. L'une des filles a reçu une blessure à la hanche et affirme avoir été blessée par son père.

    Une autre source a annoncé que le père avait attaqué les sœurs sous l'emprise de drogues.

    Certains médias russes ont signalé que les voisins de la famille se plaignaient souvent de bruits et d'actes illicites dans l'appartement, mais le ministère russe de l'Intérieur a démenti ces informations.

    Selon des témoins et connaissances de la famille, bien que Mikhaïl paraissait gentil, il s'avérait être un tyran qui se droguait. Il y a quatre ans, il a perdu le contrôle de lui-même à cause de la drogue, c'est approximativement la période où sa femme l'a quitté. Pourtant, selon une source proche de la famille contactée par le journal russe MK, c'est l'homme qui a fait partir son épouse et lui a interdit d'emmener avec elle les enfants — le couple avait encore un fils, Sergueï.

    «Cette histoire traîne depuis longtemps. Il y a eu des violences sexuelles à l'encontre d'une des filles. Il les battait toujours, les a emmenées un jour dans une forêt et a menacé de les tuer. Leur père était lié au monde criminel», a raconté une connaissance des Khatchaturian, citée par des médias russes. «Il ne travaillait pas, mais l'argent était versé sur sa carte».

    D'ailleurs, Mikhaïl avait une contusion reçue alors qu'il servait en Afghanistan, a affirmé une source renseignée à l'agence de presse Moskva. Ces derniers temps, l'homme prenait notamment des antidépresseurs, ils lui ont été confisqués. Les enquêteurs vont alors déterminer s'il y avait des traces de substances interdites dans l'organisme du père.

    Mikhaïl Khatchaturian

    Selon la source de MK, la mère n'était pas au courant des violences que subissaient ses filles. En outre, une amie des sœurs a raconté à la chaîne russe REN TV que l'une des filles avait failli se donner la mort après un des nombreux harcèlements sexuels.

    Lire aussi:

    Les jeunes filles de l’Union soviétique
    Le père de Meghan Markle a demandé au prince Harry de ne pas frapper sa fille
    Les filles de neige russes Snégourotchkas
    Tags:
    audition, coupable, harcèlement sexuel, violence domestique, femmes, arme blanche, meurtre, arrestation, détention, enquête, famille, agression, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik