Russie
URL courte
15764
S'abonner

Grâce aux changements climatiques et à la fonte des glaces, les navires pourraient plus facilement sillonner la région arctique, ce qui présenterait de grands avantages pour la Russie, nous informe The Washington Post.

La route maritime du Nord pourrait devenir un nouveau «canal de Suez» pour la Russie, face au réchauffement climatique et à la fonte des glaces en Arctique, relate The Washington Post.

Avec le réchauffement de la planète, les navires pourront bientôt naviguer dans les eaux libérées par la fonte des glaces, ce qui réduira le temps de transit et les dépenses liées au transport de marchandises d'Europe vers l'Asie et l'Amérique. La route maritime du Nord étant pour la Russie une zone économique exclusive, Moscou ne voit pas d'un si mauvais œil la fonte des glaces arctiques.

Les navires en quête de passage doivent en effet demander des permis et des autorisations auprès de l'administration russe de la route maritime du Nord. Les Russes doivent également facturer des frais supplémentaires de navigation et d'aide au déglaçage.

Le principal avantage de cette route est cependant le temps. Un navire naviguant de Corée du Sud vers l'Allemagne via le cap de Bonne-Espérance en Afrique du Sud prendrait en moyenne 46 jours. Le même voyage via le canal de Suez, 34 jours. Mais le voyage par la route maritime du Nord, seulement 23 jours, indique le journal.

La route maritime du Nord est la plus courte voie maritime entre l'Extrême-Orient et la partie européenne de la Russie. Elle relie les ports de l'Arctique aux grands fleuves de la région du Nord.

Lire aussi:

Historique: le PSG se qualifie pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la 1ère fois depuis 1995 - vidéos
Trump explique ce qu’il considère comme «le plus gros problème dans le monde», la Russie impliquée
«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
Tags:
navigation, réchauffement climatique, fonte des glaces, Voie Maritime du Nord, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook