Russie
URL courte
3591
S'abonner

Destiné à des missions d'exploration et de sauvetage, le croiseur sous-marin nucléaire K-329 Belgorod, long de plus de 180 mètres, devrait être mis à l'eau d'ici la fin de l'année.

Le sous-marin nucléaire russe Belgorod devrait quitter le chantier naval de Severodvinsk avant la fin de l'année, rapportent les médias russes, citant le PDG du bureau d'études Malakhit qui a développé l'engin.

Le croiseur sous-marin nucléaire K-329 Belgorod était censé devenir un porte-missiles du type Anteï. Les appareils de cette classe sont équipés de 24 missiles de croisière Granit et destinés à attaquer en premier lieu les porte-avions.

Pourtant, en 2012, les constructeurs du sous-marin ont adopté un nouveau projet aux termes duquel la longueur du submersible est passée de 154 à 184 mètres, en faisant ainsi le sous-marin le plus long du monde.

Capable d'accueillir à son bord les équipements nécessaires pour travailler à de grandes profondeurs, le K-329 Belgorod effectuera notamment des missions d'exploration et de sauvetage en haute mer.

Selon Vadim Koziouline, professeur de l'Académie russe des sciences marines, ce nouveau sous-marin sera équipé d'une station sous-marine autonome et portera des modules nucléaires destinés à recharger des drones sous-marins. Le vaisseau aura également pour mission de déployer un système global de contrôle du fond marin.

Lire aussi:

«Louis de Funès is back»: quand Jean Castex cherche des lunettes posées sur son nez – vidéo
Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Tags:
sauvetage, exploration, porte-avions, chantiers navals, recherches, sous-marin nucléaire, P-700 Granit (missile), K-329 Belgorod, bureau d'études Malakhit, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook