Russie
URL courte
3601
S'abonner

Destiné à des missions d'exploration et de sauvetage, le croiseur sous-marin nucléaire K-329 Belgorod, long de plus de 180 mètres, devrait être mis à l'eau d'ici la fin de l'année.

Le sous-marin nucléaire russe Belgorod devrait quitter le chantier naval de Severodvinsk avant la fin de l'année, rapportent les médias russes, citant le PDG du bureau d'études Malakhit qui a développé l'engin.

Le croiseur sous-marin nucléaire K-329 Belgorod était censé devenir un porte-missiles du type Anteï. Les appareils de cette classe sont équipés de 24 missiles de croisière Granit et destinés à attaquer en premier lieu les porte-avions.

Pourtant, en 2012, les constructeurs du sous-marin ont adopté un nouveau projet aux termes duquel la longueur du submersible est passée de 154 à 184 mètres, en faisant ainsi le sous-marin le plus long du monde.

Capable d'accueillir à son bord les équipements nécessaires pour travailler à de grandes profondeurs, le K-329 Belgorod effectuera notamment des missions d'exploration et de sauvetage en haute mer.

Selon Vadim Koziouline, professeur de l'Académie russe des sciences marines, ce nouveau sous-marin sera équipé d'une station sous-marine autonome et portera des modules nucléaires destinés à recharger des drones sous-marins. Le vaisseau aura également pour mission de déployer un système global de contrôle du fond marin.

Lire aussi:

Incendie criminel dans une école maternelle à Lille, les pompiers visés par des mortiers d’artifice – images
Des chasseurs américains escortent deux Tu-142 russes au-dessus du Pacifique
«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
Tags:
sauvetage, exploration, porte-avions, chantiers navals, recherches, sous-marin nucléaire, P-700 Granit (missile), K-329 Belgorod, bureau d'études Malakhit, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook